Prix humour et politique : cinq "petites phrases" à départager

  • A
  • A
Prix humour et politique : cinq "petites phrases" à départager
@ AFP
Partagez sur :

Nos politiques sont adeptes de la petite phrase. Qu'elle soit volontaire ou non, elle prête parfois à rire ou à sourire. Un prix les récompense.

C'est un peu les awards de la "petite phrase". Pour sa quatorzième édition, le jury du Prix "Press Club, Humour et Politique" 2016 a procédé mardi à sa première sélection de "petites phrases".

Parmi les cinq retenues, laquelle préférez-vous ?

  • Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement : "Le PS ne travaille jamais pour rien ; surtout quand il travaille". Sur BFMTV le 30 juillet.

  • François Rebsamen, ancien ministre du Travail reprenant son fauteuil de maire de Dijon : "Ce qui est frustrant, c'est que j'allais y arriver", à propos de la baisse du chômage. Dans L'Obs le 26 août.

  • Ségolène Royal, ministre de l'Écologie : "L'égalité homme-femme est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique". Discours au Bourget dans le cadre de la COP21 le 2 décembre.

  • Michel Sapin, ministre de l'Économie et des Finances: "Une croissance nulle conforte nos objectifs en matière de croissance". Sur France Inter le 14 août.

  • Nicolas Sarkozy : "J'ai confiance en Alain Juppé, je pense qu'il a confiance en moi". Dans Le Figaro le 14 octobre.

Deux prochaines sélections pour cette 14e édition du prix interviendront "fin mars" et "fin juin", a indiqué le jury.

C'est l'ancien président Nicolas Sarkozy qui a remporté le Grand Prix 2015 pour sa petite phrase: "Pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j'aie un jour placé de l'espoir en lui".