Prison : Taubira annonce la création de 536 postes

  • A
  • A
Prison : Taubira annonce la création de 536 postes
@ MaxPPP
Partagez sur :

La ministre de la Justice a annoncé mardi la création de 536 postes supplémentaires de surveillants pénitentiaires d'ici à 2017.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a annoncé mardi la création de 536 postes supplémentaires de surveillants pénitentiaires d'ici à 2017. Ces postes, budgétés, s'ajouteront aux créations de postes déjà prévues. Ces nouvelles embauches avaient été inscrites au budget des trois dernières années du quinquennat de Nicolas Sarkozy, mais n'ont jamais été pourvus, faute de financement.

200 surveillants sur le terrain dès 2015. Concrètement, l'administration pénitentiaire va sélectionner dans les listes complémentaires du concours de l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire (Enap) 200 candidats. Et ces derniers vont entrer en formation et "seront sur le terrain en 2015". S'y ajouteront 100 personnes en 2015, puis autant en 2016 et 136 en 2017, a détaillé la garde des Sceaux, en visite à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy, dans les Yvelines.

Priorité aux prisons surpeuplées. La ministre est revenue sur la situation de Bois-d'Arcy, qui affichait, au 1er juin, un taux d'occupation de 170%, avec 848 détenus pour 500 places. Il s'agit en effet de l'établissement francilien le plus surpeuplé après la maison d'arrêt de Nanterre (175%). "Il y a 27 cellules avec 3 détenus", a assuré Jean-Pierre Sourimant, représentant du syndicat Ufap-Unsa, selon qui 35 postes de surveillants ne sont actuellement pas pourvus dans cette maison d'arrêt des Yvelines. Bois-d'Arcy "aura forcément sa part, compte tenu de la surpopulation", a indiqué Christiane Taubira, sans prendre d'engagement chiffré.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

LOI - Le projet de réforme pénale adopté en première lecture

EN IMAGES - La prison des Baumettes, ce cauchemar

RETOUR SUR - Prisons : André Vallini lance un appel

HISTOIRE - Il pourrait être libéré à cause de l'état de sa cellule

JUSTICE - Condition de détention : l'Etat condamné

.