Prison : Sarkozy promet plus de places

  • A
  • A
Prison : Sarkozy promet plus de places
L'objectif désormais fixé par le président de la République est la création de 30.000 places supplémentaires de prison pour atteindre, d'ici 2017, quelque 80.000 places.@ MAX PPP
Partagez sur :

Il présentera à l'automne un projet de loi "de programmation relatif à l'exécution des peines".

Nicolas Sarkozy est de retour sur le terrain de la sécurité. Après avoir inauguré un centre éducatif fermé à Réau, en Seine-et-Marne, le chef de l'Etat a fait plusieurs annonces, lors d'un discours mardi devant le personnel pénitentiaire. Des annonces inspirées du rapport qu'Eric Ciotti lui avait remis avant l'été. L'objectif désormais fixé par le président de la République est la création de 30.000 places supplémentaires de prison pour atteindre, d'ici 2017, quelque 80.000 places.

Une des mesures de la loi de programmation déposée dans les semaines qui viennent à l'Assemblée :

Nicolas Sarkozy n'a néanmoins pas manqué de souligner la création de "6.000 places de détention" depuis 2007, soit "+10% de notre capacité d'accueil en prison". Cependant, "la capacité pénitentiaire française" reste "plus faible que celle de nos voisins européens", a-t-il ajouté, citant le rapport du "M. sécurité" de l'UMP.  "Aujourd'hui, nous ne sommes pas encore en mesure d'héberger convenablement les 65.000 personnes détenues en France, ni d'assurer rapidement l'exécution des peines en attente", a dit le chef de l'Etat.

"Des prisons pour les courtes peines"

Le chef de l'Etat a également annoncé que le projet de loi "de programmation relatif à l'exécution des peines" en question prévoyait l'ouverture de trois nouveaux centres nationaux d'évaluation, qui serviront à diriger les détenus vers des prisons adaptées à leur profil.

Nicolas Sarkozy veut également créer "des prisons pour les courtes peines" : "le garde des Sceaux va proposer dès la fin de l'année une liste de sites, comme des terrains militaires".

"20 nouveaux centres" pour mineurs

Enfin, concernant la très controversée prise en charge des mineurs délinquants, le président de la République a martelé : "personne ne met en cause la spécificité du traitement des mineurs". Et a indiqué que le projet de loi prévoira "l'ouverture de 20 nouveaux centres éducatifs fermés", soit 50% de plus qu'aujourd'hui. Le gouvernement reprend ainsi clairement la proposition d'Eric Ciotti d'encadrement militaire des jeunes délinquants, qui doit "permettre que les auteurs de délits puissent accomplir, pendant quelques mois, un service citoyen dans le cadre d'un établissement d'insertion de la défense".

Tout au long de son discours, Nicolas Sarkozy a insisté sur la nécessité d'une "justice efficace", c'est-à-dire "que les décisions soient suivies de faits". "Nos magistrats font un travail remarquable dans des conditions difficiles", mais "la sanction doit être rapide, sinon le délinquant nourrit un sentiment d'impunité", a-t-il poursuivi.