Primaires et alliances au menu de la rentrée du PS

  • A
  • A
Primaires et alliances au menu de la rentrée du PS
Partagez sur :

Martine Aubry entend également aborder le projet du PS sur le fond lors de l’université d’été qui s’ouvre vendredi à La Rochelle

Le principe de primaires ouvertes est désormais acquis. Mais le Parti socialiste, qui effectue vendredi sa rentrée politique à La Rochelle à l’occasion de sa traditionnelle Université d’été, devrait tout de même connaître de vifs débats sur leur calendrier et leurs modalités.

Car si "pour une fois", estime le porte-parole du PS Benoît Hamon, une idée fait l’unité totale chez les socialistes, de grandes divergences existent sur la formule de ces primaires. Et le casse-tête paraît presque insoluble entre partisans d’une consultation pour désigner le candidat commun de la gauche et tenants d’un vote visant à désigner le seul candidat du PS.

"Imaginez ce que serait une primaire avec dix candidats PS et Bayrou ou Cohn-Bendit!", s'est ainsi inquiété Michel Sapin, proche de François Hollande, en évoquant l'éventualité d'une élimination des socialistes. Alors que l’ancien premier secrétaire du PS, tout comme Laurent Fabius, souhaite que les primaires désignent le candidat socialiste, certains, comme Bertrand Delanoë ou Arnaud Miontebourg, sont favorables à ce qu’elles permettent de choisir un candidat unique pour toute la gauche.

La question d’une alliance avec le MoDem est l’autre sujet de friction en vue à La Rochelle. Alors que la direction est hostile à un tel rapprochement, les amis de Ségolène Royal poussent en ce sens, et les proches de Hollande y voient désormais un signe positif. L’idée d’une "coalition arc-en-ciel" que ces derniers avancent dépasse de loin le périmètre de la "maison commune de la gauche" proposée par Martine Aubry aux autres partis de gauche.

Au-delà de la question des primaires et des alliances, Martine Aubry entend surtout profiter du rassemblement de La Rochelle pour évoquer le projet du PS sur le fond. "Je voudrais surtout parler aux Français d'un Parti socialiste qui leur est utile, et que ces trois jours montrent aux Français que nous sommes là d'abord pour eux", a déclaré la première secrétaire du PS en arrivant en Charente-Maritime, dans une allocution où elle s’est arrangée pour ne pas prononcer une seule fois le mot "primaire".

Trente ateliers sont prévus vendredi et samedi, sur de nombreux thèmes tels que le droit du travail, l'Outre-Mer, les services publics ou l'avenir du syndicalisme en France. Six séances plénières viendront baliser ces deux journées, qui permettront notamment d'aborder la situation de la social-démocratie en Europe, les médias et la démocratie, et les solutions à la crise. Dimanche matin aura lieu la séance de clôture.