Primaires à droite : Hervé Morin menace l'UDI de rupture en cas de candidature unique

  • A
  • A
Primaires à droite : Hervé Morin menace l'UDI de rupture en cas de candidature unique
@ AFP
533 partages

Hervé Morin a mis en garde l'UDI contre une candidature unique du parti aux primaires à droite. Il menace de briser l'alliance centriste. 

Hervé Morin, président réélu samedi du Nouveau Centre, a mis en garde l'UDI - dont son parti est l'une des principales composantes - contre une candidature unique pour l'UDI à la primaire, visant son président Jean-Christophe Lagarde, et prévenant que le cas échéant le NC reprendrait sa "liberté". "Oui les primaires, mais pas dans n'importe quelles conditions. Attention, exigence de lucidité et certainement pas un candidat représentant l'UDI au sein de ces primaires (...), s'il fallait que nous allions vers ce chemin-là, le Nouveau Centre reprendra sa liberté", a prévenu Hervé Morin dans son discours de clôture du congrès du parti réuni à Vendôme (Loir-et-Cher).

"Une candidature unique serait mortelle pour l'UDI". L'UDI doit décider lors d'un congrès le 20 mars si elle participe ou non au processus de cette primaire, et le cas échéant comment, en décidant d'envoyer, ou non, un candidat. La candidature de son président, Jean Christophe Lagarde, est l'une des possibilités régulièrement évoquée. Le congrès du Nouveau Centre avait auparavant adopté à la quasi-unanimité une motion indiquant qu'"une candidature unique serait mortelle pour l'UDI" et que si celle-ci "déciderait d'avoir des candidats issus de ses rangs aux primaires, elle ne saurait s'enfermer dans l'investiture unique d'un seul candidat représentant le parti". "Si tel était le cas au congrès du 20 mars prochain, le congrès du Nouveau Centre réunirait en septembre 2016 un conseil national extraordinaire qui apprécierait les conséquences d'une telle décision", met encore en garde le NC dans sa motion.

Des relations tendues entre les deux leaders. Depuis des mois, Hervé Morin milite pour une participation des centristes au processus de la primaire de la droite et du centre organisée par le parti Les Républicains, en vue de la présidentielle de 2017. Il prévient qu'il ne "rentrera pas dans un gouvernement en 2017" et qu'il n'aura "aucune peine à quitter son mandat parlementaire". Mais les relations sont tendues avec Jean-Christophe Lagarde, dont Hervé Morin a vilipendé la gestion de l'UDI dans son discours et répété qu'il avait "volé" l'élection fin 2014 à la présidence de la formation commune centriste, lors de laquelle il avait perdu face au maire de Drancy. Comme l'UDI, le Nouveau Centre veut qu'un pacte majoritaire soit conclu avec LR. De son côté, le président de l'UDI a regretté dans un entretien au Monde samedi que les négociations avec LR sur le sujet fussent au point mort. L'Alliance centriste a récemment indiqué qu'elle présenterait un candidat à la primaire.