Primaire de la gauche : Anne Hidalgo "regarde d'un bon oeil" l'éventuelle candidature de Vincent Peillon

  • A
  • A
Primaire de la gauche : Anne Hidalgo "regarde d'un bon oeil" l'éventuelle candidature de Vincent Peillon
D'après l'entourage d'Anne Hidalgo, la maire (PS) de Paris ne se reconnaissait dans aucune candidature déclarée jusqu'ici.@ Christophe Petit Tesson / POOL / AFP
Partagez sur :

Selon son entourage, la maire (PS) de Paris, considère que cette candidature "serait susceptible d'incarner les valeurs de la social-démocratie".

Selon plusieurs députés, Vincent Peillon devrait annoncer prochainement sa candidature à la primaire organisée par le Parti socialiste. Mais déjà, Anne Hidalgo "regarde d'un bon œil" cette possible candidature de l'ex-ministre de l'Education. 

Une candidature "susceptible d'incarner les valeurs de la social-démocratie". D'après l'entourage du maire (PS) de Paris, "il n'y a pas eu d'intervention de la maire de Paris pour provoquer cette candidature" mais l'entourage de Vincent Peillon a voulu connaître son opinion. Anne Hidalgo considère ainsi que cette candidature "serait susceptible d'incarner les valeurs de la social-démocratie qui manquent aujourd'hui cruellement dans cette primaire". "Ce qui est certain, c'est qu'Anne Hidalgo ne se reconnaissait dans aucune candidature" déjà annoncées, ajoute son entourage.

Une opération pour "chercher Vincent Peillon" ? Après que plusieurs députés aient annoncé mercredi une probable candidature de Vincent Peillon, les réactions se sont multipliées du côté de la gauche. "C'est une candidature qui représente le cœur du Parti socialiste, à équidistance de Manuel Valls et des frondeurs", selon l'un de ses soutiens, le député marseillais Patrick Mennucci. L'hebdomadaire Le Point avait écrit qu' "une opération est en cours menée par Martine Aubry, Pierre Moscovici, Christiane Taubira et la maire de Paris pour aller chercher" Vincent Peillon, aujourd'hui député européen. La maire de Lille, Martine Aubry, a fermement démenti, mercredi, avoir sollicité "directement ou indirectement" l'ancien ministre.