Primaire de la gauche : 1,5 million de votants serait "déjà beaucoup", selon Thomas Clay

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président de la Haute autorité de la primaire de la gauche va veiller ce dimanche et le 29 janvier au bon déroulement de la primaire. Il en a expliqué les étapes et les enjeux sur Europe 1.

INTERVIEW

Il est l'homme qui doit, ce dimanche et le suivant, veiller au bon déroulement de la primaire de la gauche. Thomas Clay, professeur de droit proche du Parti socialiste, était l'invité de l'émission C'est arrivé demain pour faire le point sur les étapes et les chiffres importants de ces deux scrutins.

Pour voter. Le préalable est d'être électeur, donc inscrit sur les listes électorales.Il faut ensuite  se rendre sur le site Internet des primaires citoyennes, d'entrer l'adresse de son domicile et le site indiquera alors le bureau de vote correspondant, "qui n'est pas nécessairement le même que pour les élections républicaines classiques", souligne Thomas Clay. Pour mettre son bulletin dans l'urne, il faut aussi signer une charte d'adhésion aux valeurs de la gauche, se munir d'une pièce d'identité ainsi que d'une pièce de un euro. C'était deux euros pour la primaire de la droite. "On ne se positionne pas par rapport à cela. Nous avons déjà organisé une primaire en 2011", réagit le président de la Haute autorité de cette primaire.

Plus de 7.000 bureaux de vote ; 1,5 million de votants attendus. "Cette primaire est un enjeu important mais je ne crois pas que la survie du PS soit en question", déclare le professeur de droit qui loue l'organisation du parti. "On va avoir aujourd'hui plus de 7.000 bureaux de vote, chacun tenu par en moyenne une dizaine de personnes." Il espère toutefois une participation importante "pour la force politique qui va être donné à celui qui va gagner cette primaire". Christophe Borgel, président du comité d'organisation de cette primaire, table sur 1,5 million d’électeurs, alors que la primaire de la droite avait réuni à chaque tour plus de 4 millions de votants. "1,5 million, c'est déjà beaucoup, nuance Thomas Clay. On a vu des débats de grande qualité avec des identités politiques. On a une donnée par rapport à 2011 : le nombre de Français de l'étranger qui se sont pré-inscrits sur le site Internet des primaires. Le nombre de pré-inscrits 2017 est trois fois supérieur à celui de 2011", s'enorgueillit Thomas Clay.

En cas d'irrégularités. En ce qui concerne d'éventuelles fraudes, le président de la Haute autorité de la primaire de la gauche distingue les élections lors d'un congrès de celles d'une primaire. "Dans un congrès, vous avez assez peu de votants, si vous bourrez un peu les urnes, vous pouvez infléchir le résultat. Dans une primaire, vous avez plusieurs millions de votants, ajouter cent bulletins ici ou là sera complètement dilué dans le résultat final." Il n'accepte cependant pas l'idée d'un seul bulletin frauduleux. "On a repris le dispositif de 2011 et on l'a amélioré. Nous avons décidé de déployer 100 référents, un par département ou circonscription sur l'ensemble du territoire", recrutés parmi des juristes, des universitaires, des doyens, des magistrats, des avocats, des bâtonniers. En cas irrégularité invoquée par un candidat, celui-ci aura la possibilité de faire un recours auprès de la Haute autorité. "Les référents ne valideront pas les résultats qui seraient suspects, incertains", précise Thomas Clay.