Primaire de la droite : pas facile de trouver un bureau de vote à la campagne…

  • A
  • A
Partagez sur :

En zone rurale, certains sympathisants de la droite et du centre devront avaler les kilomètres pour pouvoir participer à la primaire organisée par Les Républicains.

REPORTAGE

Voter à la primaire, oui, mais où trouver un bureau de vote ? Pour désigner le candidat qui représentera la droite et le centre à l'élection présidentielle, le parti Les Républicains mobilise 10.228 bureaux de vote, dimanche. Soit huit fois moins que lors du scrutin qui se déroulera au printemps prochain. Certaines communes seront donc dépourvues d'isoloirs. Notamment en zone rurale, où les électeurs de droite et du centre doivent s'organiser pour pallier à ces manques.

À Ozoir-le-Breuil, dans l'Eure-et-Loir, les quelque 290 habitants recensés sur les listes électorales ont normalement rendez-vous à la mairie du village. Dimanche, il faudra faire 15 kilomètres pour s'exprimer dans le cadre de la primaire… Et tout le monde ne les fera pas. "On n'a pas eu de papiers dans les boîtes aux lettres, rien", regrette Geneviève. "Je n'irai pas : je ne peux pas me déplacer. Je pense que ce n'est pas pour nous."

Tractages et covoiturage. À 30 km, les électeurs de Voves et des environs ont été informés, assure le maire centriste Marc Guerrini. "Nous sommes 12 communes pour un bureau de vote", explique-t-il. "Nous avons lancé une campagne de communication à l'aide de tracts. Dans toutes les boîtes aux lettres, nous rappelons qu'il ne faut pas aller dans la commune de résidence mais au bureau de vote qui se trouvera à Voves."

Entendu sur Europe 1
Tout le monde se connaît plus ou moins donc c'est quand même assez facile.

Pour voter, il faudra donc prendre la voiture. Annick, électrice de Montainville, se propose même de faire du covoiturage, avec trois places libres dans sa voiture : "Les gens qui ne peuvent pas se déplacer, on peut les emmener. On est à la campagne, tout le monde se connaît plus ou moins donc c'est quand même assez facile."

"L'entraide, existe, il y a une vraie solidarité", clame Marie Breton, élue de Haute-Saône, département qui offre 38 bureaux pour 545 communes. "Il faut que tous les électeurs qui souhaitent participer à cette primaire puissent s'y rendre", appelle-t-elle. "La réflexion a été de reprendre les anciens chefs-lieux de canton, qui correspondent vraiment à une accessibilité possible pour chacun." L'enjeu : s'assurer une participation massive, pour renforcer la légitimité du candidat choisi dans cette primaire.