Primaire de la droite : revivez l'intégralité de la journée de vote

  • A
  • A
Primaire de la droite : revivez l'intégralité de la journée de vote
François Fillon a voté dans la matinée dans le 7ème arrondissement de Paris.@ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Tout au long de la journée de dimanche, nous vous faisons vivre le premier tour de la primaire de la droite et du centre organisée par le parti les Républicains.

L'ESSENTIEL

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy comme annoncé de longue date ? La surprise François Fillon à la faveur de sa dynamique de fin de campagne ? Quelle place pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson ? Après des semaines de campagne, les sept candidats à la primaire de la droite se retrouvent face au verdict des urnes, avec le premier tour organisé ce dimanche à travers la France.

Les infos à retenir :

  • Plus de 2,5 millions de personnes ont voté à 17h, selon le comité d'organisation.

  • À la mi-journée, les sept candidats à la primaire avaient voté : NKM a été la première, Alain Juppé le dernier, peu après midi.

  • Quelque 10.000 bureaux de vote ont fermé à 19 heures.

  • Les résultats ne devraient pas être connus avant 23 heures dimanche soir.

19h55 : On vote encore à Neuilly. Il reste une cinquantaine de personnes dans la file d'attente devant le bureau de vote de Neuilly, fief de Nicolas Sarkozy. Il y a eu un léger flottement à 19h, a constaté notre reporter Jean-Sébastien Soldaïni. Le responsable du bureau de vote a finalement décidé de prolonger les opérations avec les votants rassemblés devant le bureau de vote.



19h45 : Dépouillement en cours. À travers la France, le dépouillement est en cours dans les quelque 10.000 bureaux de vote mobilisés par Les Républicains pour leur primaire. La Haute Autorité avançait dans un premier temps pouvoir communiquer des résultats vers 23h mais elle temporise désormais en raison de la forte participation. Dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on laisse entendre que les premiers résultats en provenance de La Réunion sont favorables.



19h20 : Silence radio. Les candidats sont désormais retranchés dans leur QG, à étudier les premiers résultats qui leur parviennent. Ils ne devraient pas s'exprimer avant d'avoir des éléments tangibles sur ce premier tour de la primaire de la droite et du centre. En attendant, il nous reste les plus belles petites phrases de la campagne.

19 heures : Fermeture des bureaux de vote. Ouverts depuis 8h ce matin, les bureaux de vote vont désormais fermer. Dans certains endroits, il reste cependant des queues d'électeurs qui n'ont pas encore pu passer dans l'isoloir, en raison de l'importante participation à ce premier tour de la primaire. Les bureaux vont rester ouverts pour leur permettre de voter, comme c'est le cas lors des scrutins organisés par l'État, mais il est désormais trop tard pour rejoindre ces queues, comme l'a expliqué Thierry Solère au micro d'Europe 1.

18h50 : La dynamique Fillon se retrouve sur Google. François Fillon sent un souffle populaire le porter vers le second tour de la primaire de la droite et du centre. Google sent au moins un souffle numérique, dans le sillage de la dynamique sondagière de l'ancien Premier ministre. François Fillon est ainsi le candidat le plus recherché entre 9h et 14h ce dimanche, jour du premier tour. Avec 35,6% des recherches liées aux candidats de la primaire, François Fillon devance de peu un autre ancien Premier ministre, Alain Juppé (31,1%). Nicolas Sarkozy suit, assez nettement distancé dans ce classement digital (14,4%).

18h29 : "La Haute autorité n'a pas été saisie". Invité au micro d'Europe 1, Thierry Solère est revenu sur les différents problèmes évoqués dans plusieurs bureaux de vote. "La Haute Autorité n'a pas été saisie à ce stade", assure-t-il. "Ce sera le cas dans tel ou tel bureau s'il y a des difficultés. C'est le cas dans toutes les élections." Le "Monsieur primaire" du parti Les Républicains tient à écarter l'idée de fraudes. "Au fond, le problème, c'est qu'on est confronté à un afflux absolument considérable de votants. Je suis passé tout à l'heure dans mon bureau de vote à Boulogne-Billancourt et il y avait une participation de 25% du corps électoral. Ça ressemble plus à une participation d'élection traditionnelle que de primaire."


Primaire de la droite : Plus de 2,5 millions de...par Europe1fr

18h17 : Les derniers chiffres de la participation. Thierry Solère, président de la commission d'organisation de la primaire, a pris la parole pour annoncer une participation de 2 501 091 électeurs à 17h dans les 70% de bureaux de vote qui ont pu faire remonter ces données.

18 heures : Édition spéciale sur Europe 1. L'antenne d'Europe 1 se mobilise pour vous faire vivre cette soirée électorale et les résultats du premier tour de la primaire de la droite. Une édition spéciale que vous pouvez retrouver ici :


Europe 1 Livepar Europe1fr

17h40 : Comment prévenir la triche ? C'est une crainte partagée par tous les candidats à cette primaire de la droite : comment s'assurer que les adversaires ne vont pas . Quatre ans après la guerre entre Jean-François Copé et François Fillon, de nombreuses précautions ont été prises. Sans complètement rassurer tout le monde.

17h15 : Même Jacques Séguéla. Les problèmes de listes d'électeurs n'épargnent personne, pas même le célèbre publiciste Jacques Séguéla. Contrairement à celui de sa femme, son nom n'était pas sur la liste d'émargement. Il a donc été rajouté à la main pour lui permettre de voter, selon le journaliste de L'Express Alex Sulzer.



16h53 : Et au PS... on n'oublie pas de taper sur la droite, à l'occasion d'une réunion publique sur le travail organisée à Dijon. Sur ses terres, François Rebsamen a fustigé le "grand bond en arrière" incarné par les candidats de droite. Et le maire de Dijon de prendre l'exemple de sa ville, où la gauche a "fait rempart, sauvé le territoire face à la droite".



16h46 : Pendant ce temps-là, Marine Le Pen... estime avoir "posé les termes du débat" de la primaire de la droite. "Jamais ils n'ont autant parlé que dans cette primaire de sécurité, jamais ils n'ont été aussi opposés à la mondialisation sauvage, jamais on a parlé autant de protectionnisme. C'est nous qui posons les termes du débat et ils tournent autour", a estimé la présidente du Front National, déjà candidate à l'élection présidentielle. Ce n'est pas moi qui m'adapte à eux mais eux qui s'adaptent à moi", a-t-elle revendiqué dimanche sur France 3.

16h25 : Le Maire lance des signalements à La Réunion. Dans les Outre-mer, on relève cinq signalements réalisés par le représentant de Bruno Le Maire à La Réunion. En cause, selon un tweet d'un journaliste d'Antenne Réunion relayé par  lire : l'équipe du candidat : des émargements déjà signés, des votants qui ne payent pas la souscription de 2 euros et des assesseurs refusés.



16 heures : Des cafouillages dans la région lyonnaise… Les heures passent et les remontées de cafouillages ici ou là se multiplient. C'est le cas notamment en Rhône-Alpes, où des électeurs n'ont pas pu voter du premier coup car ils n'étaient pas inscrits sur les listes disponibles… Un électeur parisien relève également une pénurie d'enveloppes dans son bureau.



15h30 : Un enjeu pour tout le monde. À l'issue du premier tour qui a lieu aujourd'hui, deux candidats se qualifieront pour le deuxième tour. Mais l'enjeu existe également pour les autres candidats, comme Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, qui pourraient se disputer la quatrième place derrière le trio de favoris.


15 heures : François Fillon a failli se tromper. Comme l'a relevé Le Lab d'Europe 1, François Fillon a lui aussi failli être victime de ce système des primaires, où les électeurs sont appelés à voter dans des bureaux qui ne sont pas forcément les leurs d'habitude. Ainsi, dimanche matin, le service de presse du candidat a fait passer une note aux rédactions en indiquant que l'ancien Premier ministre voterait bien dans le 7ème arrondissement de Paris, mais rue de Grenelle et non pas avenue de la Motte-Piquet…

14h35 : Des soucis primaires. Cette première primaire de la droite et du centre s'accompagne logiquement de quelques couacs au niveau de l'organisation : confusion entre la charte des valeurs et la feuille d'émargement, soucis d'appoint pour les deux euros et même erreur sur son bureau de vote. Plus grave, certaines sources sur Twitter font état de votes pris en compte pour des personnes non inscrites au bureau de vote. Celles-ci signeraient alors sur une liste complémentaire… La Haute autorité de la primaire, qui est censé contrôler la bonne tenue des votes partout en France, va certainement avoir beaucoup de travail dans les heures qui viennent.

14h16 : L'assesseur de Fillon indésirable ? L'Obsa révélé en début d'après-midi ce qui pourrait bien être la première anomalie de ce scrutin. L'assesseur de François Fillon n'a pas pu entrer dans l'unique bureau de vote de Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône. Celui-ci aurait ouvert ses portes à 7h50 au lieu de 8 heures. L'Obs précise que Bernard Reynès, député-maire de la ville est un proche de Nicolas Sarkozy et, longtemps, de Jean-François Copé, dont il s'est éloigné récemment. 

Un peu plus tard dans la journée, Bernard Reynès, député-maire de la ville, a démenti ces accusations sur Twitter :



13h55 : Lagarde n'a "aucune crainte" pour Juppé. Le président de l'UDI (Union des démocrates et indépendants), Jean-Christophe Lagarde, soutien d'Alain Juppé, a dit à l'AFP n'avoir "aucune crainte" sur une éventuelle élimination du maire de Bordeaux au terme du premier tour de la primaire. Un sondage Ipsos pour Le Monde donnait vendredi soir un scénario avec François Fillon en tête, avec 30% des intentions de vote au premier tour de la primaire de la droite, devant Alain Juppé ex-aequo avec Nicolas Sarkozy à 29%.

13h20 : Plus d'un million de votants à midi. Le premier tour de cette primaire de la droite a attiré environ 1,13 million de Français dimanche à la mi-journée, a indiqué le président du comité d'organisation Thierry Solère. Le "Monsieur Primaire" du parti Les Républicains a fait état, lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro, de 1.138.969 électeurs comptabilisés à midi dans 6.874 bureaux, soit un peu plus des deux tiers des bureaux. "Nous dépasserons les trois millions de votants", a estimé le député des Hauts-de-Seine, au vu des premiers chiffres de participation mais aussi du nombre de Français ayant cherché à localiser leur bureau sur le site Internet.

13h15 : Demandez leur programme ! Vous souhaitez aller voter cet après-midi à la primaire de la droite et du centre mais vous ne savez pas encore pour qui ? Europe 1.fr a prévu pour vous une infographie interactive qui reprend l'ensemble des programmes des sept candidats dans tous les domaines, de la gouvernance à l'Outre-mer, en passant par l'économie et la sécurité.


13 heures : Suspense total. La forte mobilisation observée partout en France sera-t-elle favorable à Alain Juppé ? À une dizaine d'heures du verdict, le suspense reste total, comme l'explique dans son édito du jour le directeur du Journal du dimanche, Hervé Gattegno.

12h30 : Et maintenant ? Le vote effectué, les candidats vont pouvoir se reposer en attendant la grande (et sans doute longue) soirée de ce soir. François Fillon a prévu un déjeuner tranquille avec sa femme, tandis que Nicolas Sarkozy, lui, a décidé de réaliser un petit jogging dominical.



12h12 : Tous les candidats ont voté. Alain Juppé a été le dernier à le faire, après avoir fait près d'une heure de queue à Bordeaux.



11h50 : "Un pari réussi" pour Bruno Le Maire. Celui qui a, un temps, pensé être le troisième homme de cette élection a voté à Évreux. Il a été l'un des seuls à répondre aux micros, aussi. "Nous (la droite et le centre) sommes en train de réussir notre pari", a confié Bruno Le Maire au micro de BFMTV. "Quand je vois tout le monde qui est dehors, on s'est mobilisé d'absolument de partout. La droite et le centre sont en train de réussir ce pari. Je crois que ça va donner à notre candidat une force politique considérable pour battre la gauche en 2017."

11h45 : Alain Juppé dans la file d'attente. Comme d'autres candidats, le maire de Bordeaux est contraint de faire la queue devant le bureau de vote avant d'aller glisser son bulletin dans l'urne. Annoncé favori de cette primaire, il a vu revenir sur ses talons Nicolas Sarkozy mais aussi François Fillon sur ses talons.

Alain Juppé en train de voter (960x640)

Stéphane PLACE/Europe 1


11h38 : Pas de queue pour Nicolas Sarkozy. À la différence des ses concurrents, Nicolas Sarkozy n'a pas eu à faire la queue pour aller voter dans le 16ème arrondissement de Paris. Une mobilisation un peu plus faible qu'ailleurs ou un petit privilège accordé à l'ancien président de la République ?

11h36 : Nicolas Sarkozy vote à son tour. L'ancien président de la République est allé voter avec son épouse, Carla Bruni-Sarkozy.



11h30 : De longues files d'attente. Les sympathisants de la droite et du centre semblent s'être mobilisés. De longues files d'attente peuvent ainsi être observée sdevant de nombreux bureaux de vote. Et plusieurs des sept candidats ont même été contraints de prendre leur mal en patience…



11h20 : Poisson et Copé votent à leur tour. Les deux candidats qui recueillent le moins d'intentions de vote dans les derniers sondages, Jean-Frédéric Poisson (le seul candidat de cette primaire à ne pas être encarté Les Républicains) et Jean-François Copé viennent de voter à leur tour, le premier à Rambouillet, le second à Meaux.

poisson960x640

copé960x640

10h30 : François Fillon avec le sourire. François Fillon a glissé son bulletin dans l'urne, à la mairie du 7ème arrondissement, avec un petit sourire en coin qui en dit long sur sa confiance. Quoi qu'il arrive ce dimanche, il a réussi sa campagne.



10h15 : NKM la première à voter. Seule femme en lice dans cette primaire, Nathalie Kosciusko-Morizet a été la première à voter, à Paris, dans le 14ème arrondissement.

NKM lors du premier tour (1280x640)

Bertrand GUAY/AFP


10 heures : Fillon attendu rue de Grenelle. L'ancien Premier ministre va voter à la mairie du 7ème arrondissement. Il est attendu d'une minute à l'autre.



9h30 : Les résultats connus en fin de soirée. Anne Levade, la présidente de la Haute autorité pour la primaire de la droite et du centre, explique sur Europe 1 que le suspense autour du vote pour le premier tour de la primaire devrait prendre fin entre 23 heures et minuit. Dans l'hypothèse où les écarts seraient suffisamment grands… 

9 heures : Fillon au finish ? Pour la première fois, François Fillon est arrivé vendredi en tête d'un sondage. Dans une consultation Ipsos pour Le Monde, l'ancien Premier ministre est crédité de 30% des voix, devant Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, tous deux crédités de 29%. Voilà clairement un sondage que François Fillon ne souhaite pas faire mentir…

8h30 : Sarkozy veut virer en tête. L'ancien chef de l'État espère non seulement être au second tour de la primaire mais aussi arriver en tête des suffrages, dimanche soir, afin de créér une dynamique. Son objectif ultime : retrouver l'Élysée, cinq ans après son départ.

8 heures : Les bureaux de vote sont ouverts ! Les 10.228 bureaux de vote répartis dans toute la France sont désormais ouverts !

7h30 : D'où vient le mot "candidat" ? La primaire de la droite et du centre oppose sept candidats. Mais, au fait, d'où vient ce terme ? L'historien Bernard Fripiat est revenu sur l'origine du terme dans "Le mot de la semaine", dimanche matin, dans Europe week-end.

7 heures : Où voter ? Quelque 10.228 bureaux sont ouverts à travers la France. C'est huit fois moins que pour une élection présidentielle. Ce qui oblige les sympathisants à s'adapter, notamment en zone rurale. Pour savoir où voter, rendez-vous sur le site primaire2016.org. Les bureaux doivent ouvrir à 8h et fermer à 19h. En raison du décalage horaire, le vote a débuté samedi dans une partie des Outre-mer.

6h30 : La participation, l'autre enjeu du scrutin. Un million d'électeurs ? 3 ? 5 ? Encore plus ? Les organisateurs de la primaire espèrent une participation massive, supérieure à celle réunie par le Parti socialiste en 2012. "Notre base de calcul, qui n’est pas un objectif, c’est 5 millions de votants", explique Anne Levade, présidente de la Haute autorité pour la primaire de la droite et du centre. "On s’est calés pour cela sur la base de la gauche en 2011 : il y avait eu 2,7 millions au premier tour et 2,8 millions au deuxième tour."

6h00 : Le jour de vérité. Après des semaines de campagne, l'heure du scrutin est arrivée. Les sympathisants de la droite et du centre ont rendez-vous devant les urnes ce dimanche pour le premier tour de la primaire organisée par Les Républicains. Les deux candidats en tête ce soir seront qualifiés pour le second tour, dimanche 27 novembre. Les résultats devraient arriver dans la nuit.