Primaire de la droite : la petite guerre numérique des candidats

  • A
  • A
Primaire de la droite : la petite guerre numérique des candidats
@ Montage Europe 1
Partagez sur :

Sarkozy, Juppé, Fillon, Le Maire… Chacun entretient soigneusement son armée de l'ombre sur les réseaux sociaux.

Facebook, Twitter, Instagram… Ils sont partout ! Dans la course à la primaire qui se tiendra en novembre 2016, les ténors de la droite entretiennent soigneusement leur popularité numérique. Le soutien des internautes sera en effet bien utile lors de la campagne. "On ne gagne pas une bataille sur les réseaux sociaux, mais on peut la perdre", dixit un fillonniste. Chacun scrute donc ses compteurs… et ceux des autres.

Le Maire a acheté de la visibilité sur Facebook. Nicolas Sarkozy a incontestablement une longueur d'avance. Avec ses 955.000 fans Facebook et ses 870.000 abonnés sur Twitter, l'ancien président fait la course en tête sur les réseaux sociaux. Derrière, la bataille fait rage. Alain Juppé a tout juste franchi la barre des 100.000 fans sur Facebook. Et Bruno Le Maire vient de dépasser François Fillon : 71.000 fans contre 70.000 pour l'ancien Premier ministre. Au point que certains soupçonnent Le Maire d'avoir acheté des "likes"... L'équipe du député de l'Eure assume : elle a acheté de la publicité pour améliorer la visibilité de son champion sur Facebook. Une opération qui a coûté 3.500 euros entre mai et août. "Il partait de loin", justifie un proche, "il devait rattraper son retard".

>> La course au nombre de fans sur les six derniers mois (source Socialbakers) :


FB

Socialbakers.com


Echanges avec les "twittos". Avoir des "likes" et des followers, c'est bien, mais encore faut-il s'en occuper. On se souvient de Nicolas Sarkozy offrant à un fan Facebook de passer une journée avec lui. Bruno Le Maire, lui, répond parfois directement à ses abonnés Twitter pour défendre ses positions, comme lorsqu'il s'est prononcé pour une intervention au sol en Syrie la semaine dernière :


Le Maire Twitter

Il arrive aussi à Alain Juppé de répondre à ses abonnés, pas toujours sur un ton cordial. La dernière fois, c'était le 23 juillet, pour traiter de "pisse-vinaigre" un internaute qui le taxait de populisme... :


Juppé Twitter

 


Autre pratique courante chez les postulants à la primaire : organiser des séances de questions-réponses avec les utilisateurs de Twitter, ou encore poster des vidéos. Le petit film de rentrée scolaire à la gloire de Nicolas Sarkozy a ainsi été vu 112.000 fois. L'équipe Fillon aimerait aller sur ce terrain et réfléchit à un dispositif vidéo "plus interactif".

Chacun reste toutefois conscient que les réseaux sociaux ne seront pas le principal terrain de la primaire de 2016 et de la présidentielle de 2017. Il y a 40 millions d'électeurs en France, rappelle-t-on ainsi chez Alain Juppé. Et les plus âgés sont ceux qui participent le plus, c'est connu.