Quand un élu Les Républicains bat le pavé : "Si on veut éliminer Le Pen, il faut voter Macron"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Pierre-Yves Bournazel, le seul moyen de faire barrage à "l'extrémisme de Madame Le Pen", c'est de voter pour Emmanuel Macron.

REPORTAGE

Depuis dimanche soir, de nombreux leaders politiques ont appelé à voter Emmanuel Macron, notamment dans les rangs de la droite. Il y a ceux qui parlent, et il y a ceux qui font carrément campagne sur le terrain contre Marine Le Pen. C'est le cas de Pierre-Yves Bournazel, juppéiste et conseiller de Paris Les Républicains, dans le 18ème arrondissement de Paris samedi. Europe 1 l'a suivi.

"Ce n'est pas un vote d'adhésion". Pierre-Yves Bournazel ne fait pas campagne avec des tracts d'Emmanuel Macron, mais il marche dans son quartier. À cette occasion, il croise une sympathisante de droite désemparée.

"Bien sûr qu'il faut voter. Mais autour de moi, les gens sont hyper inquiets et complètement perdus", lui répond-elle. 
"Si on veut éliminer Marine Le Pen, il faut voter Macron", professe l'élu Les Républicains.
"C'est ce que je me tue à répéter. Mais pour eux, voter Macron, c'est voter socialiste."
"Il faut leur dire que Macron, c'est le rempart contre l'extrémisme de Madame Le Pen. Ce n'est pas un vote d'adhésion."
"Je vais répéter ce message autour de moi", promet la jeune femme.

Voter blanc ou s'abstenir, c'est une demie voix pour Marine Le Pen. L'élu de droite va même voir les commerçants. Aller voter dimanche prochain ? "Il faut y aller parce qu'on est obligés de faire barrage, on n'a pas le choix !", lui répond le commerçant qu'il interpelle. Mais l'idée du front républicain, très peu pour cet électeur de François Fillon croisé devant un café.

"Je ne voterai pas Marine Le Pen, ça c'est clair mais je n'ai pas envie de voter Macron non plus. J'ai envie de voter blanc."
"Moi je pense vraiment que Marine Le Pen, parce qu'elle est extrémiste représente un danger", argumente Pierre-Yves Bournazel
"Elle ne passera pas", affirme, blasé, le filloniste.
"Si tout le monde dit comme vous, elle passera. Parce que quand on vote blanc ou qu'on s'abstient, on donne une demie voix à Marine Le Pen et une demie voix à Emmanuel Macron."

"Je n'ai pas envie de voter Macron", maintient le passant. Pierre-Yves Bournazel va tenter de convaincre encore toute la semaine. Avant de reprendre sa casquette de candidat Les Républicains pour les élections législatives.