Présidentielle : "On ne peut plus écarter l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Jérôme Jaffré, directeur du Centre d'étude et de connaissances sur l'opinion public, la dynamique de la dirigeante frontiste rend envisageable une victoire au second tour, même si elle aura besoin de ralliements importants pour y parvenir.

INTERVIEW

Elle se dispute, dans les sondages, la tête du premier tour avec Emmanuel Macron. "On ne peut plus totalement écarter l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen. Ça ne serait pas sérieux", estime Jérôme Jaffré, politologue et directeur du Centre d'étude et de connaissances sur l'opinion public, invité mardi de la matinale d'Europe 1.

"Casser l’électorat de droite". "Quand on pense que son père à fait 18% à la présidentielle de 2002, on voit le chemin parcouru", relève ce spécialiste. "En même temps, Marine Le Pen est capable de gagner entre 5 et 10 points entre le premier et le second tour, d’après ce que l’on sait des élections précédentes. Ça parait un peu juste pour aller vers la victoire, si elle n’a pas des ralliements", nuance-t-il cependant.

"Ce qu’elle vise, c’est un second tour face à Macron, ça lui plait tout à fait, parce qu'elle espère casser l’électorat de droite, le faire venir vers elle", poursuit Jérôme Jaffré. "Est-ce que cela sera suffisant ? En principe non. Mais son objectif, c’est de devenir la principale force d’opposition à Emmanuel Macron s’il est élu, et de viser 2022 bien sûr."

La volatilité de l'électorat d'Emmanuel Macron. Quant à Emmanuel Macron, favori des derniers sondages, Jérôme Jaffré estime qu’ "il y a un doute" des électeurs sur le candidat d’En Marche !. "Les Français ne le connaissent pas bien, ils ne savent pas, s’il est élu, si son programme ira plutôt à droite ou à gauche, alors qu’ils aiment bien, dans une présidentielle, avoir une direction".

Autre inconnue : la majorité qui se formera autour de l’ancien protégé de François Hollande en cas de victoire. "Les Français ne savent pas bien avec qui il va gouverner – excusez du peu – , tout cela fait des interrogations sérieuses qui font qu’Emmanuel Macron, dans une position d’équilibriste, essaye de garder jusqu’au bout son avantage. Pour le politologue, Emmanuel Macron "ne peut pas dire avant la présidentielle avec qui il gouvernerait, car il perdrait, d’un côté, ce qui rassure de l’autre".

Retrouvez dans la vidéo ci-dessous l'intégralité de l'analyse de Jérôme Jaffré sur les possibles de la présidentielle :


Débat, vote utile, ralliements : Jérôme Jaffré...par Europe1fr