Présidentielle : le PRG dira "sous 15 jours" s'il soutient ou non Benoît Hamon

  • A
  • A
Présidentielle : le PRG dira "sous 15 jours" s'il soutient ou non Benoît Hamon
Le PRG dira d'ici deux semaines s'il soutient ou non Benoît Hamon.@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Le parti radical de gauche se prononcera sous 15 jours pour annoncer s'il soutient ou non le vainqueur de la primaire socialiste, Benoît Hamon, qu'il estime "pas rassembleur".

Le parti radical de gauche (PRG) a annoncé mercredi qu'il "reportait" son choix pour la présidentielle et déciderait "sous 15 jours" s'il soutient ou non le vainqueur de la primaire PS élargie Benoît Hamon, à laquelle a participé sa présidente Sylvia Pinel. Le parti, qui juge que Benoît Hamon "n'a pas créé les conditions à ce jour pour rassembler toute la gauche", "reporte" son choix pour la présidentielle, et se réunira "sous 15 jours" pour trancher, selon un communiqué.

Engagée à soutenir le vainqueur de la primaire. Comme tous les autres candidats à la primaire PS élargie, la dirigeante du Parti radical de gauche Sylvia Pinel (2,02% des voix), s'était engagée lors des débats à soutenir le vainqueur du scrutin. Depuis le second tour, le parti s'est "logiquement engagé" dans une discussion avec Benoît Hamon en vue "d'un accord de gouvernement et de majorité viable permettant d'intégrer l'ensemble des sensibilités de gauche", dont les radicaux, indique le communiqué.

Un candidat pas rassembleur, selon le PRG. Or, "les radicaux de gauche constatent avec regret que le candidat issu des primaires n'a pas créé les conditions à ce jour pour rassembler toute la gauche, faisant ainsi prendre le risque d'élimination à sa famille politique au moment où la menace Front national nécessite plus que jamais une parole forte et unie des forces de progrès", indique encore le parti. Le PRG est partagé entre les tenants d'un soutien à Emmanuel Macron et ceux s'étant d'abord prononcés pour la candidature autonome de Sylvia Pinel avant de se rallier à la primaire organisée par le PS.