Présidentielle : il tire au sort son parrainage 
© Maxppp

Ce maire sans étiquette du Finistère s'en était déjà remis au hasard en 2002 et 2007.

Parrainer ou pas un candidat à la présidentielle ? Et surtout, lequel ? Le choix cornélien auquel sont soumis les maires de France, Laurent Mazurié l'a résolu en décidant de laisser le sort décider pour lui.

Ce maire sans étiquette de Saint-Servais, dans le Nord-Finistère, compte d'ici quelques jours, lors d'une réunion avec ses adjoints, mettre "dans son meilleur chapeau" les noms des candidats qui n'ont pas encore obtenu un nombre suffisant de parrainages pour tirer au sort l'un d'eux.

"Parrainer un candidat qui ira jusqu'au bout"

Le maire de la commune de 772 habitants est un récidiviste : en 2002, le sort était tombé sur Christine Boutin et en 2007 sur Olivier Besancenot. "Vous voyez, ça va d'un extrême à l'autre. Je veux attendre que les candidats soient quand même proches de leurs 500 signatures. Je préfère parrainer un candidat qui ira jusqu'au bout", a t-il confié à Europe1.

"Ce serait encore plus lâche de ne rien faire"

Le maire entend ainsi remplir son devoir d'élu : "je considère que c'est un droit et un devoir donc je le fais. Ca peut être considéré comme un manque de courage ou de lâcheté de ne pas choisir, mais je considère que ça l'est encore plus de ne pas choisir du tout", analyse-t-il.

Comment ses administrés prennent-ils ce tirage au sort ? Plutôt bien apparemment. Le parrainage de Christine Boutin puis Olivier Besancenot lui aurait valu des réflexions amusées. Prochaine cérémonie du tirage au sort ? Peut-être le lundi 5 mars.