Présidentielle : Asselineau et Le Pen ont obtenu leurs 500 parrainages

  • A
  • A
Présidentielle : Asselineau et Le Pen ont obtenu leurs 500 parrainages
@ AFP / Equipe de campagne de François Asselineau
Partagez sur :

Deux nouveaux candidats ont obtenu le nombre minimum de signatures pour pouvoir briguer le pouvoir suprême. En revanche, Jean-Luc Mélenchon n'est toujours pas qualifié

Deux nouveaux candidats sur la ligne de départ. Le Conseil constitutionnel a publié vendredi une nouvelle liste de parrainages, et plusieurs personnalités franchissent le cap nécessaire des 500 signatures d’élus. Il s’agit de Marine Le Pen et de François Asselineau. Ces deux-là seront donc soumis au vote des Français lors du premier tour de la présidentielle, le 23 avril prochain, sous réserve que ces 500 parrainages proviennent d'au moins 30 départements différents. En revanche, ça coince toujours pour Jean-Luc Mélenchon.

  • Le Pen, pas de surprise

Ce n’était qu’une question de jours. Forte des nombreux conseillers régionaux et départementaux obtenus par le Front national en 2015, Marine Le Pen était certaine de franchir le seuil fatidique des 500 parrainages. C’est donc chose faite, puisque le Conseil constitutionnel a validé 577 formulaires. Parmi eux, celui de Jean-Marie Le Pen qui, malgré la brouille qui l’oppose à sa fille, l’a tout de même parrainé.

  • Asselineau s’invite à la fête

C’est l’incontestable invité surprise. Sa candidature ne faisait plus guère de doute depuis mardi, date à laquelle les Sages avaient déjà validé 480 signatures. Voilà le candidat de l’Union populaire républicaine nanti désormais de 524 parrainages. Son intense lobbying auprès des parrains potentiels et l’infatigable campagne d’affichage de ses 16.000 adhérents revendiqués ont donc payé.

  • Mélenchon, ça bloque encore

C’est là encore une surprise, mais elle est mauvaise pour Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de La France insoumise n’a toujours pas obtenu ses 500 paraphes, puisqu’il plafonne à 432 parrainages. La barre des 500 n’est plus très loin, mais cela signifie peut-être que les élus communistes, dans l’ensemble ignorés par Jean-Luc Mélenchon, hésitent peut-être à envoyer leur formulaire rue de Montpensier.

  • Poutou, Yade, Guaino et Alliot-Marie en difficulté

Pour eux, ce sera dur. Pour certains même, quasiment impossible. Le coup le plus dur est sans doute pour Philippe Poutou qui, avec 245 parrainages, aura bien du mal à être présent. Le porte-parole du NPA était pourtant bien candidat en 2012.

Rama Yade, qui espérait bien être une alternative au centre, est elle aussi quasiment éliminée, puisqu’à une semaine seulement de la limite d’envoi des parrainages, elle n’en compte que 151. Que dire de Michèle Alliot-Marie, 38 signatures au compteur, et surtout d’Hervé Guaino, 12 parrainages ? Les deux candidats, qui se réclament du gaullisme, ne seront probablement pas de la partie au printemps. 

  • Encore 46 parrainages pour Alain Juppé

Le maire de Bordeaux a jeté l’éponge lundi, mais il continue à recevoir des parrainages. Avec 46 signatures supplémentaires, Alain Juppé en affiche désormais 288. Mais la source devrait désormais se tarir, d’autant que l’ancien Premier ministre a lui-même annoncé vendredi sur Twitter qu’il avait apporté son parrainage à François Fillon