Président, François Fillon fixerait une feuille de route de trois ans à ses ministres

  • A
  • A
Président, François Fillon fixerait une feuille de route de trois ans à ses ministres
"On ne peut pas gouverner avec de la rancoeur. Il faut faire table rase du passé", a déclaré François Fillon. @ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

En cas d'élection, François Fillon affirme vouloir rassembler "tout le monde", sans exclure de faire appel à certains qui l'ont "lâché" en raison des affaires.

Le candidat de la droite à la présidentielle François Fillon prévoit de fixer une "feuille de route" de trois ans à ses ministres s'il entre à l'Elysée, se laissant la possibilité de "changer d'équipe gouvernementale" si les objectifs ne sont pas "atteints".

"Je fixerai à chaque membre du gouvernement une feuille de route pour trois ans. Il faut pouvoir, au bout de trois ans, vérifier que les objectifs ont été atteints et, le cas échéant, changer d'équipe gouvernementale", explique François Fillon dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Collaborateur". Celui qui fut durant cinq ans le chef du gouvernement de Nicolas Sarkozy, qui l'a traité de "collaborateur", assure que sous son quinquennat, le "Premier ministre ne sera ni un président bis ni un collaborateur. Il faut lui laisser l'autonomie suffisante si on veut qu'il soit efficace, responsable et qu'on puisse lui demander des comptes". Il faut "un Premier ministre qui gouverne", ajoute-t-il, sans révéler s'il réserve ce poste à François Baroin, alors qu'au début du mois, il avait estimé qu'il pourrait constituer "un très bon choix".

"Désigner un Premier ministre, voire une partie du gouvernement avant le premier tour - comme je voulais le faire initialement -, ce serait donner le sentiment aux Français d'une forme d'arrogance", fait-il valoir. Interrogé sur la composition de son équipe gouvernementale, François Fillon affirme vouloir rassembler "tout le monde", sans exclure de faire appel à certains qui l'ont "lâché" en raison des affaires d'emplois fictifs présumés dans sa famille qui lui ont valu une mise en examen.

Pas de statut particulier pour la première dame. "On ne peut pas gouverner avec de la rancoeur. Il faut faire table rase du passé", assure-t-il. Pour ce qui est du partage des rôles à la tête de l'exécutif, "c'est au Premier ministre de tenir la famille", c'est à dire la majorité. Quant à l'hôte de l'Elysée, selon François Fillon, "les tensions très fortes dans la société française justifient que le président soit concentré sur la défense des institutions et la reconstruction de l'unité nationale", ainsi que sur "sa fonction de protection des Français", vu "les dangers de la situation internationale". "Le jour où il est élu, le chef de l'Etat doit rompre les liens avec son parti. Je ne serai pas un président qui conduira des opérations partisanes, qui recevra des visiteurs du soir, qui dirigera en sous-main le parti", promet encore le député de Paris.

Interrogé sur sa volonté de donner un statut à la première dame, François Fillon a répondu que "cela n'existait pas pour lui". Il y a une Constitution. Il n'y a ni "first lady" ni "first gentleman" dans les institutions", a-t-il déclaré.