Pouvoir d'achat des ménages : les taxes sur "le diesel et le tabac, on assume !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La députée LREM Amélie de Montchalin a défendu mercredi au micro de Sonia Mabrouk les six milliards d'euros de baisse d'impôts qui vont bénéficier aux ménages en 2019. 

INTERVIEW

Le gouvernement martèle depuis plusieurs jours que le projet de loi finances pour l’année prochaine accordera six milliards d’euros de baisse d’impôts aux ménages. La députée LREM de l’Essonne et cheffe de file LREM de la commission des finances à l’Assemblée nationale, Amélie de Montchalin, a assuré mercredi au micro de Sonia Mabrouk que les Français le constateront dans leur porte-monnaie très prochainement.

"La politique n’est pas une question de croyance, on ne demande pas aux Français de nous croire mais de voir nos résultats. Et ils verront dès octobre qu’ils vont payer pour 80% d’entre eux un tiers de moins de taxe d’habitation, que les charges sur leurs salaires vont baisser, que la prime d’activité va augmenter...", a énuméré Amélie de Montchalin sur Europe 1.

Huit milliards d'euros de taxe en moins pour l'État. Ces six milliards d’impôts dont on parle, ce sont vrais six milliards d’impôts que l’État ne verra pas dans ses caisses. La taxe d’habitation, c’est quatre milliards en moins l’année prochaine, les taxes salariales, ce sont quatre autres milliards en moins… On a huit milliards (en moins) d’un côté, et deux milliards (en plus) de l’autre, donc ça fait six milliards", soustrait la rapporteure du budget. Les deux milliards d'euros de taxes évoquées par la députée et qui rentreront l’an prochain dans les caisses de l’État, concernent celles imposées sur le tabac et le diesel.


>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"On assume !" "Le diesel et le tabac, on assume ! On a assumé dès l’an dernier et on assume toujours le fait qu’il y a 73.000 morts dus au tabac par an et qu’on allait taxer les cigarettes ; que le diesel et la pollution font 48.000 morts par an et donc qu’on aller taxer le diesel", développe Amélie de Montchalin.