Pourquoi la droite a choisi de cibler Le Foll

  • A
  • A
Pourquoi la droite a choisi de cibler Le Foll
@ ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l’Agriculture est devenu la nouvelle cible préférée de l’opposition. Car il remplit tous les critères. 

Depuis la démission de Christiane Taubira, la droite française connaissait une sorte d’état de deuil. Privée de sa cible favorite, l’opposition se cherchait un substitut. Elle l’a désormais trouvé, en la personne de Stéphane Le Foll. Le ministre de l’Agriculture a cristallisé ces derniers jours, en pleine crise agricole, bon nombre des attaques venue des leaders des Républicains. Ceux qui se sont rendus au Salon de l’Agriculture cette semaine ont tous glissé une petite gentillesse à son endroit. Il faut dire que Stéphane Le Foll coche toutes les cases du parfait bouc émissaire.

Il est dans une mauvaise passe. En politique, on ne s’est jamais privé de tirer sur l’ambulance. Or, avec la grogne des agriculteurs, dont certains ont même débarqué chez lui (voir ci-dessous), Stéphane Le Foll est particulièrement en difficulté. A tel point que selon un récent sondage Odoxa pour Le Parisien, seuls 23% des Français jugent qu’il est un bon ministre. Alors les figures des Républicains profitent de l’aubaine. "Stéphane Le Foll est le plus mauvais élève des ministres français", a lancé Christian Jacob, patron des députés LR, à l’Assemblée. Nicolas Sarkozy a lui fait allusion au fait qu’il était aussi porte-parole du gouvernement, une activité parfois chronophage. "C’est un ministre à mi-temps qui n’obtient jamais rien à Bruxelles", a taclé l’ancien président de la République dans Le Parisien.

lefoll1280_reference

C’est un proche de François Hollande. Attaquer Stéphane Le Foll, c’est un peu attaquer François Hollande à travers lui. Le ministre de l’Agriculture est en effet un fidèle parmi les fidèles du chef de l’Etat. Il était l’un des rares à demeurer à ses côtés un an et demi avant la présidentielle de 2012, quand personne ne croyait en lui, quand il était crédité de 3% des intentions de vite dans l’opinion. "L’amitié qui le lie de longue date à François Hollande est aussi un point faible dans le contexte actuel", reconnaît volontiers un stratège Les Républicains dans Le Parisien. "Alors on ne va pas se priver de le faire siffler dans les prochains meetings, comme au bon vieux temps de Taubira". Voilà qui est dit.

C’est un homme, et il est blanc. Pour la droite, avec Stéphane Le Foll, finies les accusations de sexisme ou de racisme. Quand les attaques de l’opposition visaient Christiane Taubira, ses défenseurs, et l’ancienne ministre elle-même, n’hésitaient pas à répliquer sur ce terrain. "Ça fait deux ans que des élus politiques sont tout à fait au bord de la ligne (…) quand ils attaquent ma personne sans arrêt", disait-elle ainsi à RTL en mars 2015. "Je répète qu'il y a bien des partis qui, dans leur course effrénée derrière un autre parti politique, sont en train de retrouver leurs vieux démons." Le ministre de l’Agriculture lui, est un homme, et il est blanc. Aucun soupçon ne pèse donc sur les attaques à son encontre. Stéphane Le Foll a même tout du colosse, du haut de son 1,90 mètre, et a le cuir solide. De quoi encourager, un peu plus, la droite à s’en donner à cœur joie.