Pourquoi il n'y aura plus de hausse des impôts en 2014

  • A
  • A
Pourquoi il n'y aura plus de hausse des impôts en 2014
@ Reuters
Partagez sur :

INFO E1 - Pour boucler le budget 2014, le gouvernement bénéficie de régularisations fiscales en hausse.

L’INFO. N’en déplaisent aux sceptiques - et il y en a même au sein de la majorité -, la pause fiscale décrétée par François Hollande aura bien lieu dès 2014. Pour boucler le budget de l’année prochaine, il manquait six milliards d’euros à Bernard Cazeneuve. C’est du moins le chiffre qui circulait. Mais, jeudi matin sur Europe 1, le ministre du Budget assurait que "c’est beaucoup moins". Il n’a pas menti. Europe 1 vous explique pourquoi la pression fiscale devrait cesser d'augmenter, grâce à... un retour des fraudeurs fiscaux.

>> A LIRE AUSSI : Cazeneuve promet "une stabilisation de la pression fiscale"

Parce que la croissance repart (légèrement). La légère amélioration des prévisions de croissance a rebattu les cartes : plus de croissance, c'est plus de TVA et de rentrées fiscales. Bercy a sorti sa calculatrice et la bonne nouvelle est tombée : ce n’est plus six milliards mais deux milliards d’euros qui seront nécessaires de trouver pour boucler le budget de l’année prochaine.

Parce que les évadés fiscaux rentrent. C'est la bonne nouvelle que vous révèle Europe 1 : cette pause fiscale est aussi rendue possible par les bons résultats de la cellule de régularisation fiscale.. Depuis le 21 juin, les services de Bernard Cazeneuve ont en effet enregistrés plus de 1.100 demandes. Ce qui devrait rapporter 1,5 milliard d’euros aux caisses de l’Etat.

Parce que le gouvernement a décidé de réduire les dépenses. Le gouvernement a par ailleurs confirmé que l'effort en 2014 pour réduire le déficit public prévoyait bien 14 milliards d'euros d'économies sur les dépenses. Une manière de placer le curseur plutôt vers la réduction des dépenses que vers la hausse des impôts. Si bien que, dans la loi de Finance qui sera révélée dans quelques jours, le gouvernement n’aura pas besoin d’augmenter encore un peu plus les impôts pour boucler le budget 2014.