Pouria Amirshahi : "Si ce gouvernement peut partir, je ne m’en plaindrai pas"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le député et figure des frondeurs se dit déçu de la manière de gouverner de l'exécutif et de son projet de réforme du Code du travail.

INTERVIEW

Le député Pouria Amirshahi espère, avec les manifestations prévues mercredi, le retrait du projet de loi El Khomri sur le Code du travail. Mais "si ce gouvernement peut partir, je ne m’en plaindrai pas. Car j’estime qu’il gouverne mal et qu’il gouverne brutalement", a déclaré mercredi l'élu, qui fait partie des frondeurs du parti, dans la Matinale d'Europe 1. Le député des Français de l'étranger a également affirmé qu'il irait manifester mercredi contre le texte.

Pouria Amirshahi s'est inquiété des conséquences de la loi El Khomri : "On a un texte qui va modifier le Code du travail, qui propose de revenir sur des droits essentiels en plafonnant les indemnités de licenciement". Comme bon nombre d'opposants à cette réforme, il a également critiqué sa "philosophie générale". Avec l'importance donnée aux accords d'entreprise, "on renverse la hiérarchie des normes" dans le droit du travail, considère-t-il. 

François Hollande "tire contre son camp". Interrogé sur une éventuelle candidature en 2017 de Martine Aubry, dont il est proche, il a laconiquement déclaré : "C'est son problème". La maire de Lille et ancienne rivale de François Hollande à la primaire socialiste avait publié une violente tribune le 24 février dans Le Monde. Dans ce texte intitulé "Trop, c'est trop !", elle s'insurgeait contre la politique de l'exécutif et notamment la réforme du Code du travail. Pouria Amirshahi estime que la mobilisation des frondeurs contre le gouvernement n'est pas dangereuse pour la majorité. "Celui qui tire contre son camp, c’est François Hollande depuis le début", s'indigne-t-il, avant de fustiger le CICE et le pacte de responsabilité. Ces mesures emblématiques du quinquennat sont "la légalisation du vol de l'argent public".

Appel citoyen. L'élu a également confirmé, comme il l'avait annoncé vendredi, qu'il ne se représenterait pas aux élections législatives de 2017 et qu'il avait quitté le PS. "A titre personnel, je veux retourner dans le monde professionnel. J’ai démissionné (du PS, ndlr), je suis compris à l'Assemblée nationale parmi les non-inscrits". Pouria Amirshahi n'est pas issu de la sphère politique et il a notamment été travailleur social avant de devenir parlementaire. Amer mais encore plein d'espoir dans la politique, il a lancé un appel : "Si je suis en situation de passer de la vie sociale et professionnelle à la politique par un mandat, vous êtes tous capables de le faire. Ne vous laissez pas en permanence confisquer la représentation par les mêmes depuis si longtemps".