Pour VGE, les Français parlent trop de vacances

  • A
  • A
Pour VGE, les Français parlent trop de vacances
@ MaxPPP
Partagez sur :

ZOOM - L’ancien président est très pessimiste sur la situation de la France. Et encense la Chine.

Les "grognards" sortent du bois. Après l’intervention de trois anciens Premiers ministres (Balladur, Fillon, Juppé) pour pousser à l’organisation de primaires à l’UMP en vue de la présidentielle de 2017, c’est le très discret Valéry Giscard d’Estaing qui s’est exprimé en longueur, jeudi matin, sur Canal +. L’occasion pour l’ancien président de dresser son bilan de la situation de la France. Catastrophiste.

La France est-elle productive ? NON. Il y a donc du Maurice Taylor en VGE. En février dernier, ce patron américain s’était attiré le courroux d’Arnaud Montebourg pour avoir estimé que "les soi-disant ouvriers" français "ne travaillent que trois heures, ont une heure de pause pour déjeuner et discutent trois heures". Un constat pleinement partagé par l’ancien président français : "nous ne travaillons pas. Un pays qui ne travaille pas, qui passe son temps de vacances à d’autres, de jours fériés à un pont, ne peut pas avoir des résultats formidables. On passe son temps à parler des vacances. Il n’y a pas ce respect du travail qu’il y a en Allemagne, par exemple. C’est une de leur force, comme en Chine."

Inspiration du dessinateur de Canal + :

Sans-titre-1

Discuter d’égal à égal avec la Chine ? NON. Alors que François Hollande est à Pékin pour relancer les échanges commerciaux entre les deux pays, le centriste est catégorique quant à la position de la France dans ses discussions. "Ils ont moitié moins de chômage que nous. Nous, nous faisons les malins sur tous les sujets mais le pays le plus peuplé du monde a deux fois moins de chômeurs que nous. Ils sont 1,3 milliard avec une croissance forte, nous sommes 63 millions avec une croissance 0."

>> A LIRE AUSSI :  Hollande, 37 heures pour séduire la Chine

Boursier.com - Arnaud Montebourg menace à nouveau ArcelorMittal d'une nationalisation temporaire

L’industrie française a-t-elle un avenir ? NON. Les efforts d’Arnaud Montebourg pour sauver ce qui peut l’être n’ont pas vraiment convaincu Valéry Giscard d’Estaing. Mais d’après lui, les torts sont partagés avec les précédents gouvernements. Le constat n’en reste pas moins sévère. "La France s’est désindustrialisée dangereusement depuis 20,30 ans. Dans leur PIB, les Chinois ont plus de 40% d’industrie. Chez nous, c’est moins de 10%, donc on ne peut pas exporter. L’industrie française peut avoir un avenir car elle a des ingénieurs, des ouvriers spécialisés qui sont bons, mais elle a un environnement économique détestable."

>> A LIRE AUSSI : Croissance : pas de rebond à l'horizon

Les dirigeants sont-ils compétents ? NON. Nicolas Sarkozy s’est beaucoup félicité de sa gestion de la crise mondiale. Ses proches continuent d’ailleurs de glorifier son bilan pour entretenir la flamme de son retour. Pourtant, pour VGE, les dirigeants n’ont pas pris la mesure du problème. "La caractéristique de l’époque actuelle, c’est l’incompétence économique des dirigeants. La crise a presque 5 ans d’âge, ils ont dit tout et le contraire de tout. Elle a été gérée d’une manière particulièrement incompétente. On n’a pas compris ce qu’elle était. Il n’y a pas eu d’expertises économiques pointues, comme il y en a eu dans les années 70 au moment de la première dévaluation du dollar." Les années 70, les années Giscard en somme...

070427LMT320(1)

Le chômage va-t-il baisser ? NON. François Hollande ambitionne d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, et compte s’appuyer pour cela sur ses emplois d’avenir  et sur les contrats de générations, ses deux mesures phares. Pas suffisant. "Nous ne prenons pas les mesures pour (faire baisser le chômage, ndlr). Les pays qui ont réduit leur chômage, comme l’Allemagne, ou qui cherchent à améliorer leurs équilibres, comme le Danemark, ont réformé beaucoup plus que nous."
>> A LIRE AUSSI : Les emplois d'avenir patinent

Le mariage pour tous, une réforme bien menée ? NON.Le président a clos la séquence mariage pour tous, mercredi, estimant que "la société en sera fière un jour, car c'est une étape vers la modernisation de notre pays". Connu notamment pour avoir permis la légalisation de l’avortement, VGE trouve (encore) à redire sur cette réforme sociétale."La question de l’IVG était aussi difficile. Cela avait été géré de telle manière que cela n’avait pas divisé la France. Et je l’avais fait exprès. La conduite de la réflexion, la rédaction du projet, l’écoute des différents milieux a été mené de telle manière que cette réforme sociétale a été adoptée par l’ensemble de la population."

>> A LIRE AUSSI : Mariage gay, ce qu'il y a dans le texte

L'entretien en vidéo (de la 21e à la 30e minute)

La transparence en politique, une bonne chose ? NON.Après les ministres, François Hollande a décidé que les parlementaires devraient eux aussi rendre public leur patrimoine. Une course à la transparence qui agace même au sein du PS. Et qui ne convainc pas non plus l’ancien président. "Ce qui est bien, c’est l’honnêteté. On a transformé une situation de mensonge en une faute collective du milieu politique. C’est inexact. On est allé sur un chemin de traverse."

>>  A LIRE AUSSI : Moralisation, ce que veut Hollande

La France va-t-elle aller mieux ? NON. Les Français sont invités par le gouvernement à faire des efforts, en espérant des lendemains meilleurs. Redresser les comptes d’abord, pour redistribuer ensuite, tel est l’objectif du chef de l’Etat. Pour VGE, il va falloir attendre longtemps. "Dans le court terme, notre image est abîmée. Nous donnons l’impression d’un pays qui n’est pas sérieux, qui se disperse dans des projets plus ou moins divers, qui ne travaille pas assez."