70% des Français estiment que Sarkozy n’a plus d’autorité sur l’UMP

  • A
  • A
70% des Français estiment que Sarkozy n’a plus d’autorité sur l’UMP
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

SONDAGE - Quelque 68% des Français jugent que le patron de l’UMP a mal géré l’affaire de la législative partielle du Doubs.

L'INFO. Il était attendu en héros par les militants de l’UMP. Mais quelques mois après son retour dans l’arène politique, Nicolas Sarkozy n’en finit plus de les décevoir. Les tergiversations de l'UMP sur l'attitude à adopter face au duel PS-FN, dimanche, au second tour de l'élection législative partielle du Doubs, coûtent cher à son président. Au moins autant que la révélation de sa visite à Abou Dhabi, au lendemain de l’élimination du candidat UMP.

>> LIRE AUSSI - Le jour où Sarkozy a perdu la main sur l'UMP

"Une cacophonie invraisemblable". Selon un sondage réalisé jeudi et vendredi par l'institut Odoxa pour iTELE et Le Parisien, 68% des Français estiment que l'autorité de l'ex-chef de l'Etat a été remise en cause par cette affaire. Un avis partagé par une majorité des sympathisants de droite (54%) à être de cet avis. "L'absence du patron de l'UMP pour soutenir son candidat a été très remarquée", souligne le président d'Odoxa, Gaël Sliman. "A l'échec s'est surtout ajoutée la division, avec une cacophonie invraisemblable sur la ligne à suivre", ajoute-t-il.

>> EN VIDÉO - Hortefeux : "Sarkozy impulse notre famille politique"

raffarin

Un Conseil national attendu. Samedi, Nicolas Sarkozy a une occasion toute trouvée pour reprendre la main sur son parti. A la Mutualité – là même où il avait prononcé son discours d’adieu à la politique en 2012 -, le principal parti d’opposition tient en effet son Conseil national. La matinée est consacrée à trois tables rondes, "sur les crises économiques, de l'Europe et des valeurs", animées par des personnalités du parti (Luc Chatel, Hervé Mariton, Laurent Wauquiez, Eric Woerth, Bruno Le Maire,...), et questions-réponses avec la salle.



Puis dans l’après-midi, les centaines de conseillers nationaux formant le "parlement" écouteront les discours de trois anciens Premiers ministres : Raffarin, Juppé et Fillon. Et c’est Nicolas Sarkozy qui prononcera le discours de clôture. Un discours très attendu.

>> LIRE AUSSI - EXCLU - Sarkozy à Abou Dhabi ? "Il ne s'en est jamais caché"