Pour Hollande, ceux qui parlent d'une France envahie de migrants sont des "manipulateurs"

  • A
  • A
Pour Hollande, ceux qui parlent d'une France envahie de migrants sont des "manipulateurs"
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Dans une intervention en direct de Bruxelles, François Hollande a implicitement visé le Front national.

Le Front national en toile de fond. Le président François Hollande a qualifié jeudi à Bruxelles de "manipulateurs" et de "falsificateurs" ceux qui en France "prétendent que nous serions envahis" par un afflux de réfugiés, visant le parti d'extrême-droite Front national et une partie de la droite française.

"Pas soumise à un afflux de réfugiés". "En termes de nombre, aujourd'hui, la France n'est pas soumise à un afflux de réfugiés et ceux qui prétendent que nous serions envahis sont des manipulateurs, des falsificateurs, qui le font pour des raisons purement politiques, pour faire peur", a affirmé le président français lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen consacré à la crise migratoire. "Aujourd'hui où vont les réfugiés? Essentiellement en Allemagne, en Autriche et en Suède. L'Allemagne (...) a accueilli depuis le début de l'année plus de 500.000 personnes et le pays qui, rapporté à sa population, fait le plus pour les réfugiés, c'est la Suède", a observé M. Hollande. Il a aussi rappelé que la France s'était, elle, engagée à accueillir sur deux ans 24.000 personnes.

Plan d'action avec la Turquie. Par ailleurs, la Commission européenne a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi qu'elle avait conclu un "plan d'action commun" avec la Turquie pour endiguer les flux migratoires, à l'issue d'un sommet des chefs d'Etats à Bruxelles. "Nous nous sommes mis d'accord sur le contenu exact de ce plan d'action", a indiqué le chef de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse dans la nuit de jeudi à vendredi. "La Turquie se montre prête à accueillir davantage de réfugiés et à leur offrir plus de perspectives pour leur éducation et leur travail, à mieux les enregistrer, à une surveillance des frontières plus efficace et aussi à une lutte commune contre les réseaux criminels de trafic d'êtres humains", a détaillé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. En échange, "on va aider, car investir financièrement en Turquie est aussi dans notre intérêt à nous", a-t-il ajouté, confirmant qu'Ankara exige trois milliards d'euros d'aide de la part des Européens.

Une intervention isolée par France TV Info :


Pour François Hollande, ceux qui parlent d'une France envahie par les migrants sont "des manipulateurs, des falsificateurs"