Pour Copé, Hollande et Ayrault sont "inaptes au commandement"

  • A
  • A
Pour Copé, Hollande et Ayrault sont "inaptes au commandement"
@ EUROPE1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président de l’UMP a raillé un gouvernement "sur un bateau ivre".

"Un exécutif sans vision et sans projet". Alors que l’exécutif tente de maintenir le navire à flot, en dépit de cotes de popularité en chute libre, le président de l’UMP Jean-François Copé a, sans surprise, critiqué François Hollande et Jean-Marc Ayrault, capitaines jugés "inaptes au commandement". "Depuis 18 mois, la crédibilité de la parole publique s'est effondrée sur tous les sujets. Aujourd'hui, le constat que font tous les Français, c'est une inaptitude au commandement dans un pays qui a absolument besoin, dans cette période, d'être dirigé", a fustigé le député-maire de Meaux, invité du Grand rendez-vous Europe 1/Le Monde/i>Télé, déplorant un exécutif "sans vision pour la France", "sans projet "et "une incapacité terrible à prendre des décisions courageuses".

Ayrault, hors jeu. Déjà affaibli dans sa propre majorité, Jean-Marc Ayrault a reçu des qualificatifs peu agréables du patron de l’UMP. Ce dernier considère que le Premier ministre est devenu "le maillon faible de ce gouvernement, qui est lui-même sur un bateau ivre". Le locataire de Matignon tente de reprendre la main avec la remise à plat de la fiscalité ? Jean-François Copé répond que cette réforme n’a "aucun contenu", soulignant qu'elle avait été aussitôt recadrée par François Hollande. Qualifiant de "délire" la fiscalité sous la présidence Hollande, Jean-François Copé a pris soin de souligner que Jean-Marc Ayrault avait "lâché en rase campagne" Pierre Moscovici, en le tenant à l'écart de cette réforme.



Ayrault, maillon faible du gouvernementpar Europe1fr

Collusion PS-FN. A quatre mois des municipales, Jean-François Copé estime toujours que "les conditions sont réunies pour une vague bleue aux municipales". Le président de l'UMP a dénoncé dimanche une "collusion" entre le PS et le Front national, "piège tendu" selon lui aux électeurs pour le premier tour des élections de mars 2014. "Le temps est venu maintenant de dire stop à François Hollande, mais de le faire en comprenant bien qu'un piège est tendu : celui d'une collusion entre le PS et le Front national dans le cadre d'une instrumentalisation indécente", a déclaré Jean-François Copé. Le patron de l’UMP a pris soin d’appeler au vote utile pour son parti dès le premier tour. "Si vous votez Front national, vous aurez des ‘François Hollande’ dans toutes les villes", a-t-il mis en garde.



Copé : "Si vous votez FN, vous aurez des...par Europe1fr