Pour Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls sont "deux frères du hollandisme"

  • A
  • A
Pour Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls sont "deux frères du hollandisme"
Questionné sur cette primaire à gauche pouvant s'apparenter à un congrès du parti, Arnaud Montebourg s'est cependant inscrit en faux.@ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

"J'ai des désaccords politiques de longue date" avec Vincent Peillon et Manuel Valls, a rappelé Arnaud Montebourg lundi, sur BFMTV.

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le PS, a jugé lundi sur BFMTV que Manuel Valls et Vincent Peillon étaient "les deux frères du hollandisme qui se disputent l'héritage".

Peillon 'fait honneur à la primaire". Interrogé sur le nouveau candidat déclaré à la primaire, Arnaud Montebourg a dit "apprécier à titre personnel Vincent Peillon" : "C'est un homme qui fait honneur à la primaire car il a une vision, il défend des convictions". Mais selon l'ancien ministre, Manuel Valls et Vincent Peillon "sont finalement les deux frères du hollandisme qui se disputent l'héritage".

"Des désaccords politiques de longue date". "Pour ma part, j'ai des désaccords politiques de longue date, exprimés avant le gouvernement - c'était l'époque de la primaire - puis dans le gouvernement, et puis après le gouvernement", a rappelé Arnaud Montebourg.

Pas un congrès du PS. Questionné sur cette primaire à gauche pouvant s'apparenter à un congrès du parti, l'ancien ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique s'est inscrit en faux : "Je ne crois pas que ce soit la primaire du PS à l'état pur". "Je m'adresse aux Français depuis six mois (...) Partout les salles sont pleines : ce ne sont pas des militants socialistes, ce sont des Français qui s'intéressent à l'avenir de notre pays", a-t-il appuyé.

Proposition d'alliance avec Mélenchon et Jadot. "La stratégie que je propose est une stratégie d'alliance avec Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) et Yannick Jadot (EELV) pour construire un programme commun de gouvernement, et ensuite nous tourner vers la proposition ultralibérale qui est celle de François Fillon, et un peu celle d'Emmnauel Macron", a développé Arnaud Montebourg. Les propositions que formule ce dernier "sont celles dont on entend parler depuis vingt ans et qui n'ont pas marché", a-t-il par ailleurs taclé au sujet du fondateur d'En Marche!.