Portrait de Hollande : "une fausse simplicité"

  • A
  • A
Portrait de Hollande : "une fausse simplicité"
@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - Des spécialistes de la com' passent au crible la photo du président.

François Hollande, droit comme un I, regard de face, un léger sourire aux lèvres. Loin derrière, l'Elysée et les drapeaux français et européens. La photo officielle du président a été dévoilée, lundi, sur les réseaux sociaux. Europe1.fr passe au crible le portrait de François Hollande, avec l'aide de Stephen Bunard, synergologue et Philippe Moreau Chevrolet, spécialiste de communication politique.

CE QUE LA PHOTO DÉGAGE

Costume noir, cravate bleue, François Hollande a un léger sourire et les bras le long du corps, sur ce cliché pris en plan américain. '"On le sent amusé par l'exercice", souligne Philippe Moreau Chevrolet. "Il y a une absence de tension sur son visage", renchérit Stephen Bunard. Seul hic : ses bras "dont il ne sait visiblement pas quoi faire", dixit les deux spécialistes. Avant lui, Jacques Chirac avait réglé le problème, en les mettant derrière son dos. "Une posture qui symbolise toujours la fonction", souligne le synergologue.

HOLLANDE UTILISE LES CODES ACTUELS

En optant pour le format carré, François Hollande et son photographe Raymond Depardon montrent qu'ils sont modernes, limites branchés. "C'est une photo qui parle aux gens car on reconnaît le format tout de suite, on pense à une photo Instagram", souligne Philippe Moreau Chevrolet. Instagram, désignée application de l'année 2011 par Apple, a été beaucoup utilisée par les journalistes et les équipes des candidats pendant la campagne présidentielle. Avec ce cliché au carré, le président entend montrer qu'il est à l'aise sur les réseaux sociaux. "C'est une photo qui se veut populaire" poursuit le spécialiste en communication politique. Certes, l'objectif  - avoir une photo non institutionnelle, à l'inverse de celle de Nicolas Sarkozy dans la bibliothèque de l'Elysée, est atteint. Mais peut-être trop. "Il y a la recherche d'une fausse simplicité, c'est une photo un peu démago", tranche le spécialiste en com'.

LA NORMALITÉ, ENCORE ET TOUJOURS

"En photo, le plus important, c'est le décor", a confié Raymond Depardon. Ici, les jardins de l'Elysée. Tout un symbole. Une illustration – encore une ! - de la présidence normale voulue par François Hollande. Sylvie Hubac, directrice de cabinet du président, a expliqué que le président souhaitait être photographié en extérieur, "pas enfermé dans son palais", où d'ailleurs il n'habite pas. "Là où il a de l'espace", souligne Stephen Bunard. Le président tient en effet farouchement à garder une certaine indépendance et une liberté de mouvement. Une présidence normale déclinée à toutes les sauces : sécurité, déplacement en train, volonté de ne pas vivre dans le Palais de l'Elysée. Le cliché est aussi dépersonnalisé au maximum de la fonction présidentielle. "Il n'y a pas de symboles de pouvoir. Le bâtiment de l'Elysée et les drapeaux sont en arrière-plan et apparaissent lointains", souligne Philippe Moreau Chevrolet.

UNE RÉFÉRENCE, JACQUES CHIRAC

François Hollande a donc choisi de poser dans les jardins de l'Elysée. Comme un certain… Jacques Chirac, en 1995. Le clin d'œil au voisin corrézien est voulu, selon Philippe Moreau Chevrolet. "Le président renoue ainsi avec le style et la tradition chiraquienne", estime le conseiller en communication politique. Une certaine façon de mener campagne, une volonté d'incarner la France des terroirs, sans avoir peur de toucher le cul des vaches.

AU FINAL, LA PHOTO EST-ELLE RÉUSSIE ?

Les avis sont partagés. Sur Twitter, la photo officielle du président de la République a suscité les moqueries des internautes. Pour  le synergologue Stephen Bunard, François Hollande peut se targuer d'avoir progressé question image. "Par rapport à la campagne présidentielle, il est beaucoup moins dans l'autocontrôle de lui-même". Un avis partagé par Philippe Moreau Chevrolet : "Son visage est serein",  estime le conseiller en com'. Mais la pose est "trop classique", regrette t-il.