Popularité : Valls débute dans les hautes sphères

  • A
  • A
Popularité : Valls débute dans les hautes sphères
@ MaxPPP
Partagez sur :

SONDAGE - Le nouveau Premier ministre est crédité de 58% d’opinion positives, selon un sondage Ifop pour Paris Match. Hollande gagne trois points.

C’est le temps de l’état de grâce pour Manuel Valls. Déjà très populaire dans l’opinion avant sa nomination à Matignon, le nouveau Premier ministre débute sa fonction à un niveau très élevé dans le cœur des Français. Selon le tableau de bord politique de Paris Match, établi par l’Ifop, le nouveau chef du gouvernement reçoit l’approbation de 58% des Français.

Une différence criante avec Ayrault. La différence avec Jean-Marc Ayrault est manifeste. En mars, l’ancien Premier ministre recueillait à peine 28% d’opinions positives. Par ailleurs, 68% des personnes interrogées estiment que Manuel Valls "dirige bien l’action de son gouvernement". 63% des Français jugent qu’il "est proche des préoccupations des Français, et 51% pensent même qu’il "est capable de sortir le pays de la crise." Bref, les attentes sont immenses. Et la déception, si déception il y a, risque d’être à la hauteur.

Hollande en profite (un peu). L’autre enseignement de ce sondage, c’est que François Hollande rebondit. Désormais, 26% des personnes interrogées approuvent son action, contre 23% il y a un mois. La satisfaction est cependant toute relative pour le président de la République, qui reste à un niveau historiquement bas.

L’opposition reste impopulaire. Dernière satisfaction pour l’exécutif : l’opposition reste mal perçue par les Français. 64% des personnes interrogées estiment qu’à la place de la majorité actuelle, elle ne ferait pas mieux. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis l’accession de François Hollande à la présidence de la République.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INFO E1 - Sécu : où Valls va-t-il trouver les 11 milliards ?

REACTIONS - Désir au gouvernement, une "exfiltration calamiteuse" ?

PORTRAIT - Christian Eckert : le franc-parler de gauche au Budget

ZOOM - Un gouvernement resserré oui, mais sur le fil...

PORTRAIT - Cambadélis, "un homme de coups" à la tête du PS ?