Pompidou aurait eu 100 ans

  • A
  • A
Pompidou aurait eu 100 ans
Petit-fils de paysan, fils d'instituteur, c'est dans le village de Montboudif, dans le Cantal que Georges Pompidou voit le jour 5 juillet 1911.
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy rendra hommage mardi à l'ancien chef d'Etat français décédé en 1974.

Né le 5 juillet 1911, Georges Pompidou aurait célébré ses cent ans mardi. Emporté par la maladie le 2 avril 1974, l'ancien chef d'Etat a été une figure essentielle des Trente glorieuses. "Conservateur libéral", négociateur en chef de Mai 68 avec les fameux accords de Grenelle à Matignon, Georges Pompidou rêvait d'une France apaisée.

Héritier voulu par le général de Gaulle, Pompidou a assuré la transition entre le gaullisme historique et l'"orléanisme" qui allait prendre la relève avec Valéry Giscard d'Estaing.

Nicolas Sarkozy doit prononcer mardi matin à Montboudif, dans le Cantal - village natal de Pompidou - un discours sur l'héritage politique de l'ancien président, en guise d’hommage. Alors que la présidentielle approche à grand pas, la nostalgie pompidounienne serait actuellement en vogue à l'Elysée.

Un style "bling bling"

La cigarette vissée aux lèvres, amateur de belles voitures et d'art contemporain, il y a incontestablement un style "Pompidou" qui pourrait être qualifié de "bling bling" de nos jours. Normalien, banquier chez Rotschild, proche des milieux d'affaires, l'ancien chef d'Etat avait souhaité rompre avec de Gaulle. "Je veux être un Président qui gouverne", dira Pompidou en arrivant à l'Elysée.

Une formule par ailleurs reprise par Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat. Dans les allées du pouvoir, l'ancien chef d'Etat est célébré, largement cité, opportunément mis en avant. A l'approche de la présidentielle, l'Elysée fait tout pour placer Nicolas Sarkozy dans la lignée de Pompidou, un "visionnaire pragmatique", avait d’ailleurs déclaré Nicolas Sarkozy le 22 juin dernier à propos du président défunt.

Quand Pompidou voulait moderniser la France

En effet, les années Pompidou ont été marquées par une série de paris technologiques. C'est sous son mandat présidentiel que la première ligne TGV a été lancée et qu'Airbus a fait ses premiers pas. C'est également à Georges Pompidou que l'on doit le premier ministère de l'Environnement.

Yves Guéna, qui fut son ministre de l'Industrie, a raconté à Europe 1 cette obsession de moderniser la société française. "C'est lui qui m'a fait automatiser le téléphone en France, il avait le sentiment qu'un grand pays devait avoir une économie très forte. Il était pour le développement économique de la France afin que la France brille sur la scène mondiale".