Polémique sur les chiffres de la délinquance

  • A
  • A
Polémique sur les chiffres de la délinquance
Le parti socialiste et le parti communiste accusent Brice Hortefefeux de manipuler les chiffres de la délinquance.@ REUTERS
Partagez sur :

L’opposition accuse Brice Hortefeux de manipuler les chiffres de la délinquance.

Alors que Brice Hortefeux s’est félicité jeudi d'une baisse de la délinquance, ( -2,1% en 2010), les partis de gauche ne font pas la même lecture des chiffres délivrés par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONRDP). L’opposition a accusé le ministre de l’Intérieur de manipulation sur l’utilisation de ces données.

"Des chiffres qui sont tronqués"

"Si Brice Hortefeux a un talent, c'est celui de faire du tri. Il ne retient que les bons chiffres, ce qui valorise sa politique, et évidemment, il masque" les mauvais, a ainsi déclaré Jean-Jacques Urvoas, secrétaire national du PS à la sécurité, sur France Info.

Le député du Finistère s’est aussi attaqué aux chiffres eux-mêmes. "Ce n'est pas tant la manière dont l'Observatoire travaille qui pose une difficulté que les consignes qui sont données aux policiers et aux gendarmes de ne pas prendre les plaintes, par exemple quand il s'agit de simples bagarres. Donc on arrive à des chiffres qui sont tronqués", a-t-il assuré. "Mais même en prenant ces chiffres tronqués, on a une situation qui se dégrade", a-t-il jugé, s’appuyant sur les cambriolages qui "ont augmenté de 12% depuis 2007".

"Il manque les condamnations d’Hortefeux"

Le PCF est sur la même ligne. "Alors que de l'avis de tous, la détérioration est certaine, Brice Hortefeux avance un bilan flatteur de sa politique de lutte contre la délinquance. En réalité, le ministre de l'Intérieur doit être le seul à y croire", écrit dans un communiqué Ian Brossat, responsable des questions de sécurité. "Il finit d'ailleurs par reconnaître du bout des lèvres une hausse des cambriolages et des violences aux personnes pour aussitôt fuir ses responsabilités en affirmant qu'elles sont le ‘point noir de toute société développée’".

L’homme pointe en outre la politique de "suppressions de postes de policiers et de gendarmes pour les années à venir, ce qui ne manquera pas d'aggraver encore la situation". Et de conclure : "On regrette qu'il manque à ce bilan les condamnations de Brice Hortefeux en 2010 pour propos racistes et atteinte à la présomption d'innocence : la délinquance est partout."