Plus d'un Français sur trois adhère aux idées du FN

  • A
  • A
Plus d'un Français sur trois adhère aux idées du FN
@ Reuters
Partagez sur :

SONDAGE - Le niveau d’adhésion aux thèses du parti d’extrême droite ne cesse d’augmenter.

L’INFO. Marine Le Pen peut se frotter les mains. Selon le baromètre d'image du FN réalisé par TNS Sofres pour Le Monde, France Info et Canal+, plus d'un tiers des Français (34%) affirme adhérer "aux idées du Front national", un chiffre en constante hausse. Il était de 22% en 2011, lors de la prise de fonction de Marine Le Pen à la tête du parti. Il a atteint 31% en 2012 et 32% en 2013.

Une image de plus en plus rassembleuse... La part de personnes interrogées qui n'adhèrent "ni aux critiques ni aux solutions de Marine Le Pen" reste prépondérante à 43% mais en recul de trois points par rapport à 2013. Elles sont 14% (+2 points) à adhérer aux "critiques et solutions" et 35% (=) à souscrire seulement aux critiques formulées par Mme Le Pen mais pas à ses solutions. Par ailleurs, l'image de la présidente du FN recueille de plus en plus d'opinions favorables : 58% jugent qu'elle est "capable de rassembler au-delà de son camp" (+5), 56% qu'elle "comprend les problèmes quotidiens des Français" (+7) et 40% qu'elle "a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France" (+5). Pour 46%, Mme Le Pen est "plutôt la représentante d'une droite patriote attachée aux valeurs traditionnelles" (+2), contre 43% qui la rattachent à "une extrême droite nationaliste et xénophobe".

... mais un sondage en trompe l'oeil. En entrant davantage dans le détail, il ressort néanmoins de cette étude que sur plusieurs points, les idées du FN régressent. C'est notamment le cas pour la peine de mort, dont seulement 32% des Français souhaitent le rétablissement, contre 45% en 2000. Sur la sortie de l’euro, une des propositions phares du FN, 29% des Français pensent qu’il faut revenir au Franc, alors qu'ils étaient 34% début 2011.

sur le même sujet, sujet,

AMBITION - Le Pen évoque une "poussée" dans l'ouest

TENSION - Le Pen veut "la dissolution des milices" anti-FN