Plan social dans les ministères

  • A
  • A
Plan social dans les ministères
@ REUTERS
Partagez sur :

Les ministères doivent réduire leur nombre de collaborateurs. Matignon attend les listes de noms.

"C'est grotesque. Une secrétaire d'Etat me racontait récemment qu'elle ne pouvait plus travailler, qu'elle n'avait plus personne pour ses rapports", explique un député UMP, à Europe1.fr.

Entre mécontentement et inquiétude, l'ambiance se détériore sévèrement au sein des ministères. La raison ? L'envoi de circulaires par François Fillon demandant aux ministres de réduire leur nombre de collaborateurs.

Les ministères au régime sec

Dans ces circulaires datées du 2 juillet, le Premier ministre rappelle que le nombre de collaborateurs dans un cabinet est de 20 maximum pour un ministre et de 4 pour un secrétaire d'Etat. Chaque ministère devra indiquer d'ici la fin du mois comment il compte se conformer à cette règle déjà édictée en mai 2007 mais qui a fait long feu.

La liste des noms est attendue impérativement à Matignon pour le 31 juillet.

"C'est comme dans Secret Story"

En attendant dans les ministères, souffle un vent de panique. "C'est comme dans Secret Story : on vote les uns contre les autres pour savoir qui sort !", assène un conseiller ministériel dans les colonnes du Parisien.

Près de 110 collaborateurs, voire plus, pourraient, en effet, prendre la porte. "C'est sans doute le plus gros plan social réalisé au gouvernement", commente le journal.

- 16 à l'Ecologie, - 7 au Numérique

Les plus gros dégraissages auront lieu au ministère de l'Ecologie, de l'Energie et du Développement durable de Jean-Louis Borloo qui compte 36 collaborateurs ou encore et au ministère de l'Economie de Christine Lagarde qui en compte 28.

Du côté des secrétariats d'Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet devra,elle, se séparer de 7 de ses collaborateurs au Développement de l'économie numérique, tandis qu'Hervé Novelli devra dire au revoir à 6 d'entre-eux.

Recasement express

Certains des ministres, comme Christine Lagarde, protestent : leur champ d'action serait plus vaste que leurs collègues, ils réclament donc des collaborateurs supplémentaires. "Je ne suis pas en train de faire un plaidoyer pour mes 28 - je les aime et je les défends - mais je couvre un sacré champ de travail", explique la ministre de l'Economie précisant qu'à "Bercy on bosse comme des brutes". Mais pour l'heure, Matignon reste inflexible.

Les collaborateurs évincés devront donc se recaser rapidement. Pour 60% d'entre eux, cela ne devrait pas être trop difficile : fonctionnaires, ils retrouveront leur corps d'origine et certains seront même promus.

A noter que François Fillon dispose, lui, de 57 collaborateurs et n'est pas concerné par cette réduction des effectifs.