Le numéro deux de la CFDT Marcel Grignard a estimé mercredi que le plan anti-déficit du gouvernement était "déséquilibré" et "pas à la hauteur des enjeux", risquant notamment de provoquer "une aggravation du chômage".

"L'ensemble des mesures nous semble déséquilibré, et pas à la hauteur des enjeux. Nous ferons des propositions alternatives" jeudi lors de l'entretien à l'Hôtel Matignon entre François Fillon et la direction de la CFDT, a-t-il affirmé.

Selon le secrétaire général adjoint, "les efforts demandés aux salariés sont assez conséquents" tandis que ceux "demandés aux entreprises et aux très hauts revenus sont beaucoup plus faibles".