Pierre Laurent n'exclut pas d'être candidat à une primaire à gauche

  • A
  • A
Pierre Laurent n'exclut pas d'être candidat à une primaire à gauche
@ PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

Le chef de file du PCF, Pierre Laurent, n'exclut pas de "forcer" sa nature pour être candidat à une primaire à gauche.

Le secrétaire national du parti communiste Pierre Laurent n'a pas exclu mardi de "forcer sa nature" et d'être candidat à une primaire de la gauche, regrettant néanmoins une vie politique qui selon lui "personnalise tout".

"Je force ma nature". "Quand vous êtes obligé de vous mettre en scène et que vous êtes présent, vous vous faites conseiller, c'est normal, moi aussi, je prends des conseil de ce type, parce qu'il faut apprendre à parler en public, pouvoir passer dans les médias", a expliqué le responsable communiste sur le plateau de l'émission Preuve par trois AFP/Public Sénat. "Il faut faire des choses comme ça et je n'ai pas du tout honte de ça", a-t-il poursuivi. Mais, a-t-il nuancé "nous vivons dans une vie politique et médiatique qui personnalise tout et, de ce point de vue, je dis oui : "je force ma nature"".

Pierre Laurent veut mobiliser les citoyens. "Je ne suis déjà plus le même que ce que j'étais quand je suis devenu secrétaire national du parti communiste et je ne vais cesser de m'améliorer, je vous rassure sur ce point-là", a ironisé Pierre Laurent. "Mais en même temps que je fais ça, j'alerte les citoyens et je leur dis : "ne vous laissez pas abuser par toutes ces mise-en-scène (...), croyez davantage en votre force collective et croyez davantage en la sincérité et la proximité de travail des hommes politiques qu'en leur mise en scène médiatique"", a-t-il insisté, estimant ainsi "rendre service à la démocratie".

Une question qui se pose. Interrogé sur une éventuelle candidature lors d'une primaire de gauche, il n'a rien exclu. "Si jamais un processus collectif se met en place, les communistes - pas Pierre Laurent, ce ne sera pas une décision personnelle -, les communistes auront à se poser cette question" de présenter ou non un candidat, a-t-il expliqué. Plus généralement, il a estimé que "s'il y a un parti sur lequel la gauche peut compter aujourd'hui, c'est le parti communiste", en invitant à "regarder dans quel état" sont le parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts.