Pierre Laurent : "il y a trop de divisions dans la gauche"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent veut rassembler toute la gauche de la gauche.

INTERVIEW

Si Pierre Laurent s'active pour réussir la Fête de l'Humanité, il pense aussi à l'avenir. Et notamment aux prochaines échéances électorales : "il y a effectivement trop de divisions dans la gauche et la politique du gouvernement, qui a complètement tourné le dos à la gauche, crée du désarroi. Notre travail, c’est justement de rassembler toutes ces forces pour un autre projet politique qui soit vraiment à gauche. Ces forces, elles sont nombreuses, mais il faut les rassembler", a souligné le chef de file des communistes, samedi matin sur Europe 1.  

Il n'en demeure pas moins qu'un tel rassemblement reste compliqué : les alliances avec les écologistes pour les régionales sont compliquées. "Si des alliances sont possibles, c’est très bien. Je pense qu’il faut que nous rassemblions d’abord tout le Front de gauche, les énergies citoyennes qui veulent être avec nous. Et là où un accord avec Europe Ecologie Les Verts est possible, tant mieux. Ce n’est pas tout à fait le cas en Rhône-Alpes parce que là les écologistes n’ont pas voulu passer un accord avec les communistes, il y aura donc deux listes", a reconnu le secrétaire national du PCF.

"A chaque fois qu’un progrès vers le rassemblement est possible, nous allons le faire", a néanmoins souligné Pierre Laurent, avant de penser à la prochaine élection présidentielle : "nous allons reconstruire un nouveau projet politique et je vais travailler à ce que convergent cette fois des forces plus larges parce qu’il faudra en 2017 une candidature qui puisse rassembler toute la gauche anti austérité, qu’elle vienne des socialistes, des écologistes, du Front de gauche et des communistes". Pierre Laurent se verrait d'ailleurs bien à la manœuvre pour tenter de réussir cette mission compliquée : "on en discutera, on va lancer le congrès au mois de janvier. A priori, oui, j’ai l’intention de me représenter. Mais chez nous, ces questions sont toujours une discussion collective, ce n’est jamais une stratégie individuelle qui décide.