Photos du groupe EI sur Twitter : le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen

  • A
  • A
Photos du groupe EI sur Twitter : le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen
Marine Le Pen encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

En décembre 2015, Marine Le Pen avait posté sur Twitter une photo du corps décapité du journaliste américain James Foley.

Les députés européens se sont prononcés jeudi pour la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, demandée par la justice française pour "diffusion d'images violentes". La candidate du Front national à la présidentielle fait l'objet d'une enquête ouverte pour l'envoi, en décembre 2015, de tweets contenant des photos d'exécution menées par l'État islamique (EI), dont celle du journaliste américain James Foley.

Une levée d'immunité qui ne concerne que cette affaire. La levée de l'immunité se limite aux faits incriminés et ne concerne pas l'affaire des assistants FN au Parlement européen, pour laquelle Marine Le Pen a refusé d'être entendue par la police la semaine dernière. Elle n'est cependant pas sans risque pour la présidente du parti d'extrême droite, les faits qui lui sont reprochés pouvant être punis de trois ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende sous certaines conditions.

Une photo finalement retirée. Après une journée de polémique, la dirigeante du FN avait finalement retiré de son compte Twitter la photo du corps décapité de James Foley le 17 décembre 2015. "Je ne savais pas que c'était une photo de James Foley. Elle est accessible par tous sur Google. J'apprends ce matin que sa famille me demande de la retirer. Bien évidemment, je l'ai aussitôt retirée", avait-elle dit.