Philippe Martinez (CGT) appelle Emmanuel Macron à faire preuve "d'humilité"

  • A
  • A
Philippe Martinez (CGT) appelle Emmanuel Macron à faire preuve "d'humilité"
Philippe Martinez a appelé Emmanuel Macron à faire preuve "d'un peu d'humilité" à Emmanuel, "celui qui a le plus de vote par défaut" au premier tour. @ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire général de la CGT a invité Emmanuel Macron à faire preuve "d'un peu d'humilité", rappelant au candidat d'En Marche! qu'il a bénéficié d'un important "vote par défaut au premier tour", 

"Hé Manu, tu descends ?", aurait aimé crier le secrétaire général de la CGT. Philippe Martinez, invité de l'émission "Ecorama" (Boursorama et L'Opinion), a appelé vendredi Emmanuel Macron à faire preuve "d'un peu d'humilité", rappelant au candidat d'En Marche! qu'il a bénéficié d'un important "vote par défaut au premier tour" de la présidentielle

"Celui qui a le plus de vote par défaut". La veille, Emmanuel Macron avait été vivement interpellé par des militants CGT opposés à la loi travail. Il avait alors déclaré : "ce n'est pas la CGT qui est au deuxième tour de la présidentielle, ce n'est pas la CGT qui va présider le pays". Interrogé sur cette réaction, Philippe Martinez a invité Emmanuel Macron à "écouter la base, il ne faut pas gonfler les épaules en disant 'ça y est, vous avez voté pour moi, je ne m'occupe plus de vous'". Emmanuel Macron "a fait 24% des votants au premier tour. S'il est déjà dans l'idée que tous ceux qui vont voter pour lui adhèrent à son programme, c'est une grave erreur politique", a estimé le syndicaliste, ajoutant qu'il était "celui qui a eu le plus de vote par défaut au premier tour". 

Une mesure de Macron ? "Je sèche". Il va plus loin. Selon lui, "quand on n'écoute pas ceux qui sont en colère, ceux qui souffrent parce qu'ils ne gagnent pas assez, ceux qui subissent des lois comme la loi travail, faut pas s'étonner qu'il y ait des gens déçus". A propos de la décision d'Emmanuel Macron de rencontrer les syndicats, s'il est élu, le secrétaire général a déclaré qu'il ne fallait pas que ce soit "un alibi pour dire 'ça y est, je les ai vus, je me suis débarrassé des boulets, maintenant je fais ce que je veux'".

Le journaliste de l'émission lui a alors demander de choisir une mesure du programme d'Emmanuel Macron qui lui "plait", il a répondu : "je sèche".