Petits couacs de début de mandat

  • A
  • A
Petits couacs de début de mandat
@ REUTERS
Partagez sur :

Au JO, le ministère d’Arnaud Montebourg est devenu celui "du Redressement progressif".

A l’heure des tractations pour la constitution des cabinets des ministères, le J.O., le Journal officiel où sont consignées toutes les nominations, est épluché, scruté, décortiqué et analysé. La coquille qui écornait, dans l’édition du 22 mai, le nom d’un ministère avait donc peu de chances de passer inaperçue.

Le J.O. a, en effet, rebaptisé le ministère du "Redressement productif" d’Arnaud Montebourg en "ministère du Redressement progressif". 

Un ministère rebaptisé 

La version internet du J.O. a été modifiée dans la matinée rendant ses lettres de noblesse aux ministères du "Redressement productif", dont le nom - innovation du quinquennat - avait déjà fait couler beaucoup d’encre la semaine dernière (Voir notre article : ministère, j’écris ton nom).

journal-officiel-montebourg

Pour la petite histoire, le texte publié au J.O. avait été parafé par le ministre lui-même. "Très vite, le Journal officiel et les journalistes vont se familiariser avec cet intitulé qui va de soi : ministère du Redressement productif", a ironisé un membre du cabinet d'Arnaud Montebourg…

"Dir cab" pendant 48 heures

Reste que ce petit couac de rodage n’est pas le premier. Lundi, Le Monde révélait ainsi que Jean-Louis Daumas, directeur de la protection judiciaire de la jeunesse, a cru être, pendant 48 heures, "directeur de cabinet", de Delphine Batho, la ministre déléguée à la Justice.

Vendredi, il participait ainsi à des réunions de Travail avec la ministre… Mais samedi soir, il apprenait que finalement sa nomination était invalidée.  

"Son nom a peut-être été cité par les uns ou les autres, parmi d'autres noms, comme ça arrive dans ce grand marché de la constitution des cabinets. Mais Jean-Louis Daumas, non, ça ne me dit rien", expliquait ainsi, dimanche soir au Monde, Christophe Chantepy, le directeur du cabinet du Premier ministre.

Lundi pourtant la page 32 du Bulletin quotidien référant des nominations dans l'administration publique annonçait son arrivée auprès de Delphine Batho…