Perpignan: l'ancien maire invalidé en tête du 1er tour

  • A
  • A
Perpignan: l'ancien maire invalidé en tête du 1er tour
Partagez sur :

Son élection avait été invalidée pour fraude: l'ancien maire UMP de Perpignan est sorti favori dimanche du 1er tour des nouvelles élections municipales.

La "fraude à la chaussette" lui avait valu l'invalidation par le Conseil d'Etat de son élection en mars 2008 à la mairie de Perpignan. Dimanche soir, à l'issue du premier tour des nouvelles élections municipales, l'ancien maire Jean-Paul Alduy a recueilli 40,35% des suffrages. Le candidat UMP fait donc figure de grand favori.

Sa principale concurrente, Jacqueline Amiel-Donat, tête de liste PS-PC et MRG, a remporté 24,75% des 35.914 suffrages exprimés dans ce scrutin. Le taux de participation a été de 53,82%. Le candidat du Modem, Jean Codognès, associés aux Verts, a recueilli de son côté 14,2% des suffrages, un score qui lui permet de se maintenir éventuellement au second tour de ce scrutin prévu le qui se déroulera le 28 juin. Le candidat local du Front National, Louis Alliot, a remporté de son côté 9,42 % des voix, un score trop faible pour se maintenir au second tour.

L'élection municipale de mars 2008 à Perpignan avait vu la victoire au second tour du sortant UMP, Jean-Paul Alduy, avec 45,48 % des suffrages devant Jacqueline Amiel-Donat (44,11%).Cette élection avait été invalidée le 7 octobre par le tribunal administratif de Montpellier à la suite de la découverte d'une fraude dans le bureau 4 de cette ville où le président de bureau avait été surpris en train de bourrer une urne avec des bulletins en faveur du maire sortant. Ces bulletins étaient cachés dans ses chaussettes. L'invalidation du scrutin des 9 et 16 mars 2008 0avait été confirmée le 23 avril 2009 par le Conseil d'Etat.