Pénibilité : la FNSEA se félicite des modifications mais reste vigilante

  • A
  • A
Pénibilité : la FNSEA se félicite des modifications mais reste vigilante
Christiane Lambert estime que la simplification du compte pénibilité est une bonne chose.@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Le syndicat agricole se dit satisfait des simplifications du compte pénibilité annoncées par le gouvernement.

La présidente de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), Christiane Lambert, a jugé lundi "positif" que le gouvernement ait annoncé samedi un nouveau dispositif pour le compte pénibilité, tout en prévenant que le syndicat agricole resterait vigilant. "C'est déjà un point positif qu'il y ait eu une reconnaissance de l'inapplicabilité du dispositif en l'état", a déclaré la présidente du premier syndicat agricole français, à l'issue d'une rencontre avec le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

"Simplifier nous va bien". "Certains facteurs vont être traités dans le sujet santé. C'est le cas des produits chimiques et des postures pénibles, qui sont très difficiles à mesurer en agriculture. On ne peut pas suivre à la minute chaque tâche pénible ou chaque mouvement de torsion", a expliqué Christiane Lambert. "Simplifier est quelque chose qui nous va bien, mais nous allons regarder de près sur la base des documents qui vont être à notre disposition comment le sujet va être appréhendé", a-t-elle ajouté. La présidente de la FNSEA s'est également dite satisfaite que le compte pénibilité ait été rebaptisé compte de prévention personnalisé car "c'est une approche beaucoup plus pédagogique et constructive".

FO fustige des "insuffisances notoires". De son côté, Force ouvrière a critiqué lundi des "insuffisances notoires" en termes de financement et de prévention, et qualifié de "mesquinerie" la suppression de la cotisation patronale. Le syndicat regrette en premier lieu que la nouvelle mouture ne mette "pas assez l'accent sur la prévention, ne retenant pour les quatre critères traités différemment qu'une sortie anticipée de deux ans à 60 ans, ce qui était encore, il y a peu, l'âge de départ en retraite".