Peillon pour un débat sur le cannabis

  • A
  • A
Peillon pour un débat sur le cannabis
@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour le ministre, une dépénalisation pourrait permettre de lutter contre les trafics dans les cités.

Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, s'est prononcé dimanche pour un débat sur la dépénalisation du cannabis

© MAXPPP

Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, s'est prononcé dimanche pour un débat sur la dépénalisation du cannabis comme moyen de lutter contre les trafics dans les cités, selon Le Lab d'Europe 1. Un tel débat avait divisé le gouvernement socialiste début juin, peu de temps après sa mise en place, avant que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault n'y mette fin.

"C'est un sujet majeur", a dit Vincent Peillon sur France Inter. "Je vois maintenant quasiment tous les soirs sur nos  chaînes de télévision des reportages pour montrer les trafics illicites de nos banlieues et le danger dans lequel vivent nos concitoyens, y compris les enfants des écoles."

Une sortie qui fait réagir

"C'est courageux de sa part", a commenté sur Europe 1 le vice-président de l'Assemblée nationale, l'écologiste Denis Baupin. "C'est justement parce que nous n'avons aucune complaisance vis-à-vis des trafics d'armes, de drogue, etc., que nous pensons que la prohibition en matière de cannabis est en échec", a-t-il ajouté.

Un point de vue que ne partage pas l'ancien Premier ministre François Fillon. Dans un communiqué, le député de Paris "condamne les propos irresponsables et dangereux" du ministre de l'Education nationale, "à l'heure où notre société a plus que jamais besoin de repères".

"La dépénalisation des drogues douces, dites douces, est simplement inacceptable", a renchéri le député-maire de Meaux, Jean-François Copé. Et le candidat à sa propre succession à la tête de l'UMP d'espérer "que ce débat flottant, rouvert régulièrement et qui vient là de l'être par le ministre qui est en charge de l'école de nos enfants, soit immédiatement tranché et arrêté par François Hollande".

>> A lire aussi : Le cannabis abîme le cerveau des ados