Peillon, c'était tout sauf une gaffe

  • A
  • A
Peillon, c'était tout sauf une gaffe
@ MAX PPP
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Le ministre de l'Education parlait déjà d'une réforme des vacances dans son livre.

La déclaration. En une phrase dimanche, Vincent Peillon a lancé la polémique, malgré lui. Alors qu'il évoquait la réforme sur les rythmes scolaires, le ministre de l'Education nationale n'a pas résisté à une petite digression sur les vacances scolaires. Non pas par provocation, mais parce qu'il aime montrer sa maîtrise des sujets. "Nous devons être capables d'avoir un zonage l'été, deux zones, et nous devons être capables d'avoir six semaines, c'est suffisant", contre les deux mois actuels de vacances d'été", expose t-il, sur BFM-TV. Profitant d'une pause dans l'émission, son entourage l'enjoint à "dégoupiller" la bombe qu'il vient de lancer, sans vraiment s'en rendre compte. Vincent Peillon précise alors qu'une telle réforme est loin de voir le jour. "Quand vous voyez la difficulté sur les rythmes scolaires à passer à 4,5 jours, c'est un sujet dont on commencera peut-être à discuter en 2015", nuance le locataire de la rue de Grenelle, après la coupure pub.

L'heure du "Peillon bashing". "Récidiviste de la gaffe" dixit Bruno Le Maire, "dérapage contrôlé ou incontrôlé" pour Xavier Bertrand, "improvisation" selon François Fillon, Vincent Peillon a subi les foudres de l'UMP, dimanche soir et toute la journée de lundi. Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a même dû monter au créneau pour défendre le soldat Peillon, rappelant que le ministre avait simplement ouvert "une piste" de réflexion.

Pour Caroline Roux, il y a "une hystérie inutile pour une annonce qui n’en est pas une" : 

Gaffe ou pas gaffe ? Comme le souligne notre éditorialiste politique Caroline Roux, la déclaration faite par Vincent Peillon, dimanche soir, n'a rien d'une gaffe car la proposition est loin d'être nouvelle. Elle figure dans son livre Refondons l'école, sorti le 21 février 2012. "Mieux réorganiser l’année scolaire en se fixant un objectif de six semaines de congés l’été" écrivait alors le Monsieur Education du candidat Hollande. Depuis son arrivée rue de Grenelle, Vincent Peillon a de nouveau évoqué le sujet. Et, ce, à plusieurs reprises. Le 24 août, lors des universités d'étés à La Rochelle, le ministre assurait que "'la discussion était ouverte sur l'allongement de l'année scolaire". Le 5 septembre, sur RMC/BFM TV, Vincent Peillon affirmait ne pas écarter "la question d’un zonage géographique pour les grandes vacances". "J'examine  avec sérieux et intérêt [la question  d'un zonage l'été]. Je n'ai pas trouvé cette proposition sotte", déclarait alors le ministre de l’Education nationale.