"Pauvre PS", "la dolce vita" et "Cantona"

  • A
  • A
"Pauvre PS", "la dolce vita" et "Cantona"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Au menu des petites phrases de la semaine des tacles, une vraie et une fausse annonce.

Il n’y a pas que dans les câbles diplomatiques dévoilés par WikiLeaks que les dirigeants en prennent pour leur grade. Les tacles ont fusé cette semaine entre les politiques, pendant que deux autres se concentraient sur demain…

La spécialiste. "Je ne me risque pas à jouer au football et Eric Cantona devrait éviter de jouer à l'économiste", a commenté sèchement Christine Lagarde, après les déclarations du footballeur qui a appelé à récupérer ses économies pour déstabiliser les établissements bancaires.

L’héritage du passé

Le nostalgique. "Pauvre Parti socialiste ! Le grand parti de Mitterrand, Blum et Jaurès est aujourd'hui la proie d'ambitions purement personnelles qui le déchirent et l'humilient. Les prétendants s'étripent sans véritable vision et sans réel projet collectif. Tout cela est consternant", a déclaré Jack Lang après l’annonce de la candidature de Ségolène Royal aux primaires du Parti socialiste.

L’intello. "Les habitants de ce pays en ont aussi un peu ras-le-bol du concours de beauté. Ils ont envie de savoir ce qu'on propose", a déclaré Cécile Duflot, d’Europe-Ecologie-Les Verts, à propos des primaires du PS en vue de la présidentielle.

L’ironique. "Il a une extrême capacité à garder son amitié avec François Bayrou et à gagner celles de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Je l’aurais bien vu dans la diplomatie vaticane", a ironisé Jean Arthuis, président de l’Alliance centriste, à propos du nouveau garde des Sceaux Michel Mercier.

Cap sur 2012

Le brouilleur de pistes. "Moi, vous savez, je suis là pour deux mandats, pas plus. Après ce sera la dolce vita", a dit Nicolas Sarkozy, mardi soir, à une trentaine de députés et sénateurs UMP, membres du club "La Droite sociale". Une petite phrase qui a déclenché un emballement médiatique que l’Elysée a tenté de calmer en précisant que le président avait déclaré : qu'il ne pouvait se présenter "qu'à deux mandats, pas plus".

L’optimiste. "La responsabilité qui est la mienne, si je suis la candidate PS, si ensuite je suis élue présidente de la République, c’est de vous dire aujourd’hui que le meilleur chef de gouvernement, c’est Dominique Strauss-Kahn", a déclaré Ségolène Royal mardi matin sur France Inter.