Patrimoine, déplacement à Las Vegas : "Ma probité n'est pas en cause", affirme Macron

  • A
  • A
Patrimoine, déplacement à Las Vegas : "Ma probité n'est pas en cause", affirme Macron
Mercredi, en visite à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, le candidat d'En Marche! à la présidentielle, a affirmé que sa "probité" n'était pas "en cause".@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

Le candidat d'En Marche! à la présidentielle a réagi mercredi, après l'ouverture d'une enquête judiciaire sur l'un de ses déplacements à Las Vegas en 2016, alors qu'il était ministre de l'Économie.

Quelques jours après les révélations du Canard Enchaînésur la "French Tech Night", et l'ouverture d'une enquête judiciaire concernant l'organisation d'un déplacement à Las Vegas en 2016, Emmanuel Macron a réagi. Mercredi, en visite à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, le candidat d'En Marche! à la présidentielle, a affirmé que sa "probité" n'était pas "en cause".

Pas comparable à "une mise en examen". Également dans le viseur de l'association Anticor, qui a saisi la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) sur sa déclaration de patrimoine, Emmanuel Macron a estimé, à propos de ces deux dossiers, qu'"en aucun cas ce qui se passe n'est comparable à une mise en examen, à des affaires par ailleurs". "Il ne faut pas tout confondre", a-t-il dit.

"Éviter les amalgames". "Il y a des associations qui s'interrogent : la Haute Autorité leur donnera une réponse. Il y a une enquête sur Business France (organisme dépendant de Bercy, ndlr): c'est normal qu'elle soit faite. En aucun cas ma probité n'est en cause", a-t-il déclaré à l'issue d'une cérémonie organisée dans cette ville populaire de banlieue parisienne en hommage aux victimes juives de l'attentat de l'école Ozar Hatorah de Toulouse, en 2012. "C'est tout à fait normal qu'il y ait toutes ces procédures, c'est ce que la transparence requiert dans un État de droit, je prends cela avec beaucoup de sérénité. Mais il faut éviter les amalgames", a-t-il insisté.

"Manque de cohérences". Le candidat, qui creuse l'écart avec François Fillon et serait au coude-à-coude avec Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle selon un sondage diffusé mercredi, a précisé avoir eu à soumettre sa déclaration de patrimoine "à plusieurs reprises ces dernières années". "La Haute Autorité n'a jamais signalé aucune anomalie", a-t-il encore affirmé. L'association Anticor a annoncé lundi avoir saisi la HATVP pour lui demander "de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère" de sa déclaration de patrimoine, estimant qu'elle présentait un "manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés".