Passe d’armes Huchon-Pécresse

  • A
  • A
Passe d’armes Huchon-Pécresse
Partagez sur :

A l'occasion d'un débat sur Public Sénat, les deux candidats sont revenus sur d’anciennes rancœurs.

Se reprochant l’un l’autre des calomnies et injures durant la campagne, Jean-Paul Huchon et Valérie Pécresse, les deux têtes de liste PS et UMP en Ile-de-France, se sont vivement affrontés, mercredi sur Public Sénat.

L’objet de leur joute : une supposée imitation de Valérie Pécresse par Jean-Paul Huchon, jugée "foireuse" par la première, le second se défendant de n’avoir "imité qu'Alice au Pays des Merveilles".

Achoppement sur les transports

Autre sujet d’achoppement entre les deux candidats : les transports. "Franchement en Ile-de-France, les transports sont toujours en retard, en retard, en retard et c'est votre fiasco", a d’abord lancé la ministre de l'Enseignement supérieur.

"Le réseau francilien de transport a été abandonné pendant 30 ans, au profit des réseaux TGV ou de province", lui a rétorqué Jean-Paul Huchon, affirmant qu'il n'avait "la charge des transports dans la région que depuis 2006", depuis qu'il préside le syndicat des transports (Stif).

"Vous avez lâché Julien Dray"

Valérie Pécresse a ensuite reproché au président sortant d'Ile-de-France d'avoir "lâché Julien Dray en rase campagne" lors des difficultés judiciaires du député, qui a été rétabli après un certain temps comme tête de liste PS dans l'Essonne. Voyant rouge, le socialiste lui a répondu qu'elle "n'avait pas le droit de dire" une chose pareille, rappelant que Julien Dray l'avait présenté comme "l'un des seuls sur lesquels il avait pu compter".

Enfin la ministre de l'Enseignement supérieur a qualifiée de "très malheureuse" l'expression de Gérard Longuet (UMP) sur l'éventualité de la nomination du socialiste Malek Boutih à la tête de la Halde, tandis que Jean-Paul Huchon l'a jugée "presque hallucinante". "Ca rappelle quand même Vichy et le béret basque", a-t-il dénoncé.