Passation des pouvoirs: une journée chargée

  • A
  • A
Passation des pouvoirs: une journée chargée
François Hollande va devenir le 7e président de la 5e République.@ REUTERS
Partagez sur :

Passation, allocution, hommages : Europe1.fr dresse l'agenda de cette journée politique.

Dans le camp Hollande, le mot d'ordre est "sobriété". Extrêmement codifiée, la passation des pouvoirs, qui aura lieu mardi martin, a été soigneusement préparée par le futur chef de l'Etat. François Hollande sait que ses premiers pas dans le costume de président de la République seront scrutés à la loupe. Pierre Moscovici, chargé de la transition présidentielle, Nacer Meddah, ex-secrétaire général de la campagne, et Pierre-René Lemas, possible futur secrétaire général de l'Elysée, ont piloté les préparatifs de ce rituel républicain avec Xavier Musca, secrétaire général de l'Elysée sous Nicolas Sarkozy.

François Hollande a également voulu que cette première journée soit chargée de symboles à travers un double hommage à Jules Ferry et Marie Curie. Europe1.fr vous donne tous les détails sur cette première journée du quinquennat Hollande.

Entre 10 heures et 11 heures

La passation. La cérémonie d'investiture débutera à l'Elysée. Le protocole prévoit une arrivée de François Hollande par la cour d'honneur. Il sera attendu par le chef de l'Etat sortant sur le perron de l'Elysée avant de s'entretenir en tête à tête dans le bureau présidentiel. Le dernier entretien entre Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac avait duré 35 minutes. Débutera alors la phase dite du "testament", avec la transmission des codes nucléaires, le contenu de dossiers internationaux "sensibles" ainsi que la liste des collaborateurs à recaser. Parmi eux, Xavier Musca, candidat à la Caisse des dépôts ainsi qu'Olivier Colom, sherpa adjoint de la cellule diplomatique.

>>> Europe1.fr revient sur les passations de pouvoir des prédécesseurs de Hollande.

10.05_nicolas-sarkozy-MAXPPP 930x620.jpg

© MAXPPP

Le départ de Nicolas Sarkozy. Comme le veut la tradition, François Hollande raccompagnera ensuite le président sortant sur le perron de l'Elysée avant que celui-ci ne quitte le palais. Comme le révélait Europe 1, l’UMP s'est mobilisé en masse, envoyant des textos, afin que militants et sympathisants se rendent devant l’Elysée pour apporter un dernier soutien au président sortant. "Venez nombreux saluer Nicolas Sarkozy à l’occasion de la passation de pouvoir mardi 15 mai dès 9 heures devant le Palais de l’Elysée 55 rue du Fbg Saint-Honoré-Paris 8e", précise ainsi le message que l'UMP a envoyé.

L’objectif est d’éviter que la mésaventure de 1981 se reproduise. Président sortant battu, Valéry Giscard d’Estaing avait quitté à pied le palais présidentiel, sous les huées des partisans de François Mitterrand. L’image avait été désastreuse pour le sortant.

Entre 10h45 et midi

L'allocution d'investiture. François Hollande se rendra ensuite dans la salle des fêtes du palais de l'Elysée. Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, proclamera les résultats officiels de l'élection présidentielle. Jean-Louis Georgelin, le grand chancelier de l'Ordre de la Légion d'honneur, remettra le collier de Grand maître de la Légion d'honneur à François Hollande. Son nom a été gravé sur l'un des maillons aux côtés des autres présidents de la République.

collier de la légion d'honneur 930x620

Pour célébrer cette passation des pouvoirs, 21 coups de canon à blanc seront tirés devant l'hôtel des Invalides. Après avoir reçu les honneurs militaires dans le jardin, le président élu retournera ensuite dans la salle des fêtes saluer les invités puis prononcera son discours d'investiture.

L'union de la gauche... comme en 1981 ?

© Reuters

Les invités. Signe que la cérémonie sera plus sobre qu'à l'accoutumée, François Hollande a prévu une liste limitée par rapport aux 500 personnes conviés par François Mitterrand en 1981. Aucun chef d'Etat étrangers n'y participera. Seront présents : les corps constitués, soit près de 350 personnes, les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale, le doyen du corps diplomatique et une soixantaine d'invités personnels. Il y aura entre autres les anciens Premiers ministres socialistes (Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Michel Rocard, Edith Cresson et Lionel Jospin), Martine Aubry, la première secrétaire du Parti socialiste et des prix Nobel. Jean-Marc Ayrault, qui fait partie des favoris pour Matignon, a affirmé lundi soir qu'il serait à la cérémonie. Le département de la Corrèze sera également représenté par une délégation de parlementaires, parmi lesquels le maire de Tulle Bernard Combes et le futur président du Conseil général, Gérard Bonnet.

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, de même que les présidents de la CFTC, Philippe Louis, et de la CFE-CGC, Bernard van Craeynest, assisteront également à cette cérémonie. Bernard Thibault, numéro un de la CGT, est aussi convié mais il n'est pas certain qu'il puisse s'y rendre. François Chérèque, le patron de la CFDT, a également été invité.

thomas hollande reuters 930620

© REUTERS

Les absents. Alors qu'en 2007, Cécilia Sarkozy était arrivée entourée des enfants de cette famille recomposée, il n'y aura, cette fois, aucun membre de la famille Hollande. Les quatre enfants de l'ancien couple Hollande-Royal et ceux de Valérie Trierweiler seront absents. La décision a été prise lors d'un dîner cette semaine chez Thomas Hollande. Le président, qui n'aime pas mélanger vie privée et vie publique, cherche également à se démarquer.

Arc de Triomphe et déjeuner à l'Elysée. A partir de 11h15, François Hollande remontera l'avenue des Champs Elysées dans une Citroën DS5 décapotable hybride. Puis il déposera une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe. Le président élu déjeunera ensuite à l'Elysée avec les anciens Premiers ministres socialistes présents à son investiture ainsi que leurs compagnes.

A partir de 13h45 : les hommages

Jules Ferry et Marie Curie. François Hollande a voulu faire de cette première journée une intronisation teintée de symboles : l'école, comme fondement de la République, la laïcité et l'intégration, à travers un double hommage à Jules Ferry et Marie Curie. Vers 13h45, François Hollande déposera une gerbe au pied de la statue de Jules Ferry, défenseur de l'école laïque au jardin des Tuileries et ancien ministre de l'Education de la 3e République.

Puis une visite est prévue à 14h30 à l'Institut Curie pour honorer Marie Curie, cette femme de sciences, prix Nobel de physique (1903) et de chimie (1911). L'hommage à Marie Curie est lui l'affirmation "du respect d'une femme", d'une personne "d'origine étrangère (née en Pologne) accueillie en France et qui aujourd'hui fait partie de la fierté commune française", du "progrès scientifique" et du "rayonnement de la France", a souligné Vincent Peillon, pressentie au ministère de l'Education.

A travers ces deux gestes, le nouveau chef de l'Etat entend faire retentir immédiatement les "priorités de son quinquennat", martelées pendant sa campagne, que sont "la jeunesse", "l'éducation" et le respect de la "laïcité".

La mairie de Paris. Puis vers 15 heures, François Hollande sera reçu à la mairie de Paris par Bertrand Delanoë. Une tradition classique de la République au cours de laquelle le maire présente au nouveau président les membres de son exécutif municipal. Le préfet de Paris et le préfet de police seront également présents. Puis, le président signera le "parchemin" de la ville de Paris, qui atteste sa venue et recevra la médaille d'or de la ville.

S'ensuit un passage par la salle des fêtes de l'hôtel de ville, où l'attendront les ambassadeurs, les corps constitués, élus et parlementaires de Paris, ainsi que des personnalités de la société civile. Ségolène Royal viendra "féliciter" François Hollande. L'hymne national sera entonné avant un discours du maire de Paris auquel répondra le chef de l'Etat. La cérémonie sera retransmise sur écran géant sur le parvis de l'hôtel de ville.

merkel allemagne

© REUTERS

Direction l'aéroport. Enfin, le président prendra la direction de l'aéroport de Villacoublay dans les Yvelines où l'attend l'avion présidentiel. Vers 16h30, il s'envolera vers Berlin pour rencontrer la chancelière allemande, Angela Merkel. Le président élu sera accompagné de ses conseillers dont Paul Jean-Ortiz, directeur Asie et Océanie au ministère des Affaires étrangères, nommé par François Hollande conseiller diplomatique pour la période de transition. Au même moment, le nom du Premier ministre sera dévoilé sur le perron de l'Elysée par le nouveau secrétaire général de l'Elysée à peine nommé