Passation de pouvoir entre Christiane Taubira et Jean-Jacques Urvoas

  • A
  • A
Passation de pouvoir entre Christiane Taubira et Jean-Jacques Urvoas
Christiane Taubira a remis les clés du ministère de la Justice à Jean-Jacques Urvoas. @ AFP
Partagez sur :

La désormais ex-garde des Sceaux Christiane Taubira a remis les clés du ministère de la Justice à Jean-Jacques Urvoas. 

Après une entrevue d'une demi-heure, la passation de pouvoir entre Christiane Taubira et Jean-Jacques Urvoas a eu lieu mercredi après-midi sur le perron du ministère de la Justice. L'ex-garde des Sceaux, qui a quitté le ministère à vélo, a été applaudi par les membres de son ancienne équipe. 

Les remerciements de Christiane Taubira au personnel du ministère. Dans un discours d'une dizaine de minutes, Christiane Taubira, qui a été longuement applaudie, a essentiellement remercié le personnel de la Place Vendôme. Elle a ainsi salué "la richesse du ministère et "la qualité des gens qui le serve". L'ex-garde des Sceaux a aussi exprimé son sentiment de fierté : "je suis extrêmement fière du travail que vous avez produit", un travail qu'elle a pu faire grâce "aux choix du président de la République et au soutien du Premier ministre". "Je vous confie une belle maison monsieur le ministre", a-t-elle conclu avant de céder la place à Jean-Jacques Urvoas. 

vélo1280

Christiane Taubira quitte le ministère de la Justice à vélo comme à son habitude.


"Un bilan conséquent dont vous pouvez être fier". Le nouveau ministre de la Justice a ensuite pris la parole pour rendre d'abord hommage à Christiane Taubira. Il a notamment salué son "panache" et sa "franchise". "Vous avez porté beaucoup de textes", a-t-il poursuivi, en citant notamment "la loi contre le harcèlement scolaire, la réforme pénale, le mariage pour tous...". "C'est un bilan conséquent dont vous pouvez être fière", a-t-il ajouté. 

La ligne du nouveau ministre. Jean-Jacques Urvoas a aussi tracé la future ligne de sa politique au ministère de la Justice. Il s'est d'abord inscrit dans la continuité en promettant de poursuivre les réformes engagées comme la "réforme du conseil de la magistrature" ou "la réforme judiciaire J21". Mais "pour les 15 mois" qui s'ouvrent devant lui, Jean-Jacques Urvoas a déclaré qu'il avait une "priorité absolue", celle d'obtenir les moyens nécessaires pour son ministère. Il faut "faire en sorte que la seule loi d'importance soit votée : la loi de finances", a-t-il conclu.

Christiane Taubira lui alors murmuré "bonne chance" avant d'enfourcher son vélo et de quitter le ministère suivie par les caméras de télévision.