Pascal Canfin : "Ce sont les questions financières qui peuvent faire dérailler la COP21"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ancien ministre du Développement s'est inquiété samedi matin sur Europe 1 du financement du projet d'accord qui sera dévoilé à 11h30. 

INTERVIEW

"Ce sont les questions financières qui peuvent faire dérailler la COP", a estimé sur Europe 1 l'ancien ministre écologiste Pascal Canfin, quelques heures avant la présentation du projet d'accord définitif pour lutter contre le réchauffement de la planète qui a été finalisé dans la nuit de vendredi à samedi.

Un accord compliqué à financer. Le directeur exécutif de WWF France s'est inquiété du financement de l'accord qui sera signé à l'issue de la COP21. "Les pays du sud ne signeront pas un accord dans lequel il n'y a pas un engagement supplémentaire et renouvelé des états développés pour les aider à assumer le choc du dérèglement climatique. Et en même temps, les pays développés ne signeront pas un accord si après 2020, 2025 et 2030, ce sont toujours eux qui sont les seuls à payer et pas les Chinois, pas les Brésiliens et les autres", a-t-il expliqué.  Dans la nuit de vendredi à samedi, au terme d'une minutieuse relecture du texte ligne par ligne, la présidence de la COP a annoncé la finalisation du projet d'accord. Il sera présenté à 11h30 au Bourget

Eviter la "coquille vide". Pour que l'accord ne soit pas "une coquille vide", il faut pour Pascal Canfin qu'il rappelle "un objectif de long terme qui soit sous les deux degrés". "C'était dans la version d'hier soir, j'espère que ce sera dans la version d'aujourd'hui, sinon ce sera un echec considérable", a-t-il déclaré. Autre élément important pour l'ancien ministre du Développement, les actions à court terme : "Aujourd'hui, quand on additionne les contributions nationales, on est sur une trajectoire de réchauffement de trois degrés. On est au delà du seuil auquel les scientifiques disent qu'il ne faut pas le dépasser. Donc concrètement, qu'est ce qui est prévu dans les trois, quatre, six prochaines années pour accélérer ?"