Pas de temps mort pour les députés

  • A
  • A
Pas de temps mort pour les députés
@ MAXPPP
Partagez sur :

Elections du président, paperasse à remplir, le programme des députés s'annonce chargé.

La nouvelle législature s'ouvrira le 26 juin. En attendant de voter les premières lois du gouvernement Ayrault, les députés vont mettre en place l'organisation interne du Palais-Bourbon. Dès mardi, les différents groupes parlementaires seront constitués. Place ensuite à l'élection des présidents de chaque groupe puis à la bataille du perchoir, le 26 juin.

Assemblée nationale

© MAXPPP

La fameuse mallette. Chaque élu a reçu ou va recevoir une lettre du président de l’Assemblée sortante, Bernard Accoyer, l’invitant à se présenter au Palais Bourbon dans les deux prochaines semaines. Dans une grande tente blanche installée dans la cour d’honneur de l’Assemblée, des huissiers se tiennent prêts à accueillir les 577 députés, élus ou réélus, dimanche. Dans un salon à proximité de la salle des Quatre colonnes,  les nouveaux élus se verront remettre une mallette. Celle-ci contient, outre le règlement de l’Assemblée, trois symboles de la fonction parlementaire : l’écharpe tricolore, une cocarde, également tricolore, à apposer sur le pare-brise de leur voiture et le "baromètre", l’insigne officiel à accrocher à la boutonnière.

La signature d'un code de déontologie. Comme les ministres, les députés nouvellement élus sont priés d'être exemplaires. Pour la première fois, ils devront respecter un code de déontologie adopté en avril 2011, en pleine affaire Woerth-Bettencourt. En pratique, les élus vont remplir une déclaration d'intérêts dans laquelle on trouvera leur activité professionnelle, leurs éventuelles missions de consultant, leurs participations financières dans des entreprises et les liens de leurs proches avec des sociétés privées. Jusqu'ici, les députés devaient seulement remplir une déclaration de patrimoine.

Qui seront les patrons des députés PS et UMP ? Les groupes politiques vont élire dès cette semaine leurs présidents. Côté PS, c'est Bruno Le Roux, député de la Seine-Saint-Denis qui devrait succéder à Jean-Marc Ayrault. La candidature de ce proche de François Hollande - il était l'un de ses porte-parole pendant la campagne – ne pose pas de problèmes. Au sein de l'UMP, c'est une autre histoire. Comme le révélait Thierry Guerrier dans son Buzz politique, jeudi, le premier round du match Copé-Fillon se jouera dans les coulisses du Palais-Bourbon, lors de l'élection du président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. L'actuel chef de file des députés UMP, Christian Jacob, très proche de Jean-François Copé, part favori. Mais en coulisses, François Fillon et ses partisans tentent de faire désigner l'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand, par ailleurs ennemi notoire de Jean-François Copé.

978x489 LeLab - Qui reste en lice pour le perchoir ?

La bataille du perchoir. Elle se jouera le 26 juin. La défaite de Ségolène Royal à La Rochelle, qui visait la présidence de l'Assemblée nationale, rebat les cartes socialistes pour l'un des postes les plus convoités de la République. Claude Bartolone, Jean Glavany et Elisabeth Guigou sont désormais dans la course. Pour en savoir plus sur les chances de chacun, cliquez ici.