Pas de privilège routier pour Hollande

  • A
  • A
Pas de privilège routier pour Hollande
Partagez sur :

En déplacement jeudi à Toulouse, le chef de l'Etat n'aura pas de traitement de faveur sur sa route.

L’INFO. "Je serai un président normal", martelait François Hollande pendant sa campagne. Une fois arrivé à l’Elysée, le chef de l’Etat s’est bien rendu compte que son slogan avait vécu. Après avoir dû abandonner son scooter, c’est le train que François Hollande a de plus en plus de mal à prendre, sécurité oblige. Mais il reste un terrain sur lequel il peut encore faire comme tout le monde : la route. Une preuve en sera donnée jeudi, selon la Dépêche du Midi, la rocade ne sera pas neutralisée. Les petits ruisseaux font les grandes rivières...

Hollande, comme tout le monde. Le chef de l’Etat sera à Toulouse "sur le thème de la simplification en matière de construction de logements et en faveur de la vie des entreprises", lit-on dans le communiqué envoyé aux rédactions. Il sera accompagné de Cécile Duflot, ministre du Logement, et Pierre Moscovici, ministre de l’Economie. Après avoir atterri à l’aéroport de Blagnac en début de matinée, la délégation doit ensuite se rendre sur l’ancien site militaire du CEAT, voué à devenir un nouveau quartier d’environ 700 logements. Une question se posait : la rocade doit-elle être neutralisée pour laisser passer le cortège présidentiel en toute sécurité, quitte à complexifier la circulation dans la Ville rose pendant sa présence. La réponse est donnée par la Dépêche du Midi, mercredi : c’est non ! C’est donc au milieu des quidams que le président roulera, sous escorte policière, bien sûr.

sur le même sujet, sujet,

IMAGE - Hollande, un passager "normal"