Parlementaires, votez la "règle d’or"

  • A
  • A
Parlementaires, votez la "règle d’or"
Nicolas Sarkozy a écrit une lettre aux parlementaires pour les inviter à ratifier la "règle d'or".@ REUTERS
Partagez sur :

Sarkozy leur a écrit une lettre dans laquelle il les incite à se prononcer pour la maîtrise budgétaire.

C’est un courrier signé de la main de Nicolas Sarkozy qu’ils recevront mardi. Pour la première fois, un chef de l’Etat français a écrit aux députés et sénateurs. Dans cette lettre, révélée par Le Figaro, le président invite les parlementaires à approuver la "règle d’or" qu’il veut inscrire dans la Constitution française.

Sous ce nom se cache un projet de loi de réforme constitutionnelle dont le but est de maintenir dans la durée l'effort de lutte contre les déficits. En inscrivant dans sa Constitution l'obligation de limiter les déficits publics et de ramener à l'équilibre le budget de l'Etat, la France mettrait ses pas dans ceux de l'Allemagne, qui dispose déjà d'une telle "règle d'or".

L’Assemblée nationale et le Sénat l’ont votée mais pas à la majorité des trois cinquièmes nécessaire au Parlement réuni en congrès pour la ratifier. La raison ? Le refus de la gauche de joindre ses voix à la droite.

Après la Grèce, la France

Dans la lettre adressée aux parlementaires, Nicolas Sarkozy exhorte ceux qui ont voté contre à changer d’avis. La méthode est simple. Le chef de l’Etat vante dans un premier temps le plan de sauvetage financier de la Grèce qu’il qualifie de "global et ambitieux", adopté jeudi par les dirigeants de la zone euro, grâce à un accord franco-allemand.

Il dit ensuite estimer que l'étape suivante doit être un renforcement de la gouvernance économique de la zone euro et souligne, à ce propos, que la France doit être "exemplaire dans sa remise en ordre de ses comptes publics". Le président rappelle que les décisions prises à Bruxelles l'ont été en privilégiant l'intérêt général et malgré des sensibilités politiques différentes et il invite les parlementaires français à faire preuve du même sens des responsabilités.

La "règle d’or", un sujet qui aurait déjà été abordé lundi lors d’une réunion entre le chef de l’Etat, le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale.